Dépôt numérique
RECHERCHER

Génération des marées internes dans l'estuaire du Saint-Laurent.

Degroote, Loïc (2008). Génération des marées internes dans l'estuaire du Saint-Laurent. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 106 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB) | Prévisualisation

Résumé

Le fleuve Saint-Laurent est composé d'un estuaire aux dimensions imposantes. C'est un lieu assez unique qui possède des caractéristiques spéciales, parfois plus proches de l'océan que du fleuve. Sa largeur est en effet importante mais aussi sa profondeur. L'estuaire est traversé par le chenal laurentien qui s'étend du détroit de Cabot jusqu'à l'embouchure du Saguenay. A cet endroit la bathymétrie remonte brutalement (seuil). La profondeur passe de 250 mètres à 50 mètres en moins de 12 kilomètres. A cause de cette remontée brutale, la tête du chenal laurentien est un lieu particulier. On y observe une vie aquatique intense et des courants complexes. Grâce au phénomène de diffusion, des marées internes sont supposées prendre naissance à cet endroit. Des données terrains sur l'estuaire maritime, de la tête du chenal laurentien jusqu'à Rimouski, ont été utilisées pour mettre en évidence la présence de ces marées internes. Ces données ont aussi permis de constater la forte variabilité de la stratification dans la zone de génération mais aussi de mettre en évidence la structure des modes verticaux présents. Nous constatons que plusieurs modes sont générés à la tête mais que seul le premier mode se propage. Un modèle conceptuel simple à deux couches a ensuite été développé afin de mieux comprendre ce phénomène. Tout d'abord, le comportement général des marées internes face à un changement de bathymétrie ou de stratification est discuté pour plusieurs ordres de grandeur de bathymétrie. Une bathymétrie de forme exponentielle a ensuite été comparée à une simple marche. Les résultats montrent que la différence entre ces deux bathymétries peut dans certains cas devenir négligeable. Puis, ce modèle a été appliqué au Saint-Laurent. Les résultats obtenus montrent qu'on peut générer des marées internes à la tête du chenal laurentien et qu'il existe une forte dépendance du phénomène de génération avec la stratification. Ceci permet d'expliquer les écarts parfois importants des amplitudes et des longueurs d'onde obtenus dans la littérature. Compte tenu du fait que la stratification est changeante au cours du temps spécialement au dessus du seuil, les résultats sont concordants avec les articles considérés dans cette étude (Forrester 1974; Blackford 1978; Therriault et Lacroix 1975; Muir 1979). Ceci constitue un argument de plus pour valider l'hypothèse de génération à la tête du chenal laurentien.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Gratton, Yves
Mots-clés libres: modèle conceptuel ; modélisation; bathymétrie; marées internes; estuaire; fleuve Saint-Laurent
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 27 août 2013 14:56
Dernière modification: 17 nov. 2015 16:23
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1474

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice