Dépôt numérique
RECHERCHER

L'économie des régions périphériques du Québec et son renouvellement actuel

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Côté, Serge; Proulx, Marc-Urbain (2002). L'économie des régions périphériques du Québec et son renouvellement actuel Régions et économie du savoir : Regions in the Knowledge Economy . Institut national de la recherche scientifique, Montréal.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La recherche trace l’évolution des régions périphériques du Québec. Cinq régions font l’objet d’un examen plus approfondi, soit l’Abitibi-Témiscamingue, le Bas-SaintLaurent, la Côte-Nord, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et le Saguenay–Lac-SaintJean. Dans un premier temps, le regard est jeté sur la dispersion des ressources et des lieux. Les régions périphériques représentent une collection de petits territoires de production organisés autour de leur propre centre d’extraction. Ces régions sont tournées vers l’exportation et soumises aux règles du marché mondial. En deuxième lieu, les auteurs établissent que l’évolution des économies régionales est aléatoire et non linéaire. Les régions ont connu leur décollage industriel plus ou moins tôt et selon un rythme plus ou moins marqué, décollage qui repose essentiellement sur l’extraction et sur la première transformation de leurs ressources. Elles n’ont pas eu l’occasion d’arriver à une étape de maturité économique fondée sur la transformation plus poussée des ressources et sur la diversification industrielle que déjà elles abordaient une phase caractérisée par la consommation de masse. Dans la troisième partie de la recherche, les auteurs tentent de cerner les changements structurels qui ont affecté les régions entre 1975 et 2000. Plusieurs changements ont eu un effet déstructurant sur les régions : diminution de l’emploi, cessation de certaines activités d’extraction, stagnation ou déclin économiques dans certaines parties des territoires périphériques, acquisitions d’entreprises par des intérêts extra-régionaux suivies de réduction ou d’arrêt des activités productives, reconfiguration du secteur de la distribution avec l’arrivée de chaînes et de grandes surfaces et dévitalisation conséquente du commerce dans les petites localités. En quatrième lieu, le document examine la nouvelle division spatiale des activités économiques qui résulte des mouvements qui viennent d’être mentionnés. Les activités se répartissent en petits centres de service, centres d’extraction, centres de production et centres de consommation liés les uns aux autres par des flux de matières, de biens et de services ainsi que par des flux financiers. Ce modèle illustre l’importance des fuites qui affectent les centres d’extraction et les centres de consommation. Si la configuration des flux est défavorable aux régions périphériques, les auteurs constatent néanmoins la présence de deux mouvements qui jouent dans un sens différent : d’une part, la formation de filières économiques embryonnaires dans l’industrie et le tourisme ; d’autre part, le surgissement d’initiatives innovatrices. La cinquième partie de la recherche est consacrée à ces initiatives innovatrices. De telles initiatives, qui participent au renouvellement des économies régionales périphériques, ont pris place autant dans les productions liées aux ressources que dans celles qui sont indépendantes des ressources. Plusieurs correspondent à des biens ou des services de niche. Toutes témoignent de l’émergence de nouvelles pratiques dans les régions périphériques. Le travail se termine sur deux recommandations. La première concerne la revalorisation des ressources naturelles actuellement sous-utilisées. Le recours à la recherche et développement pour les entreprises et à la formation professionnelle et technique pour les travailleurs s’impose. La seconde recommandation vise la mise en place de Systèmes Territoriaux d’Innovation et de Production (STIP). La reconnaissance de STIP équivaudrait à une véritable stratégie de soutien à l’innovation et s’appliquerait là où des noyaux significatifs d’entreprises existent. Là où le tissu économique est moins dense, il y aurait lieu de prévoir un accompagnement des entreprises à fort potentiel dans leur quête d’information et de partenaires stratégiques.

Type de document: Rapport
Informations complémentaires: Institut canadien de recherche sur le développement régional (ICRDR) = The canadian institute for research on regional development (CIRRD)
Mots-clés libres: région; économie régionale; région périphérique; industrie; emploi; extraction; transformation des ressources; ressources naturelles; Québec
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 12 nov. 2020 20:54
Dernière modification: 12 nov. 2020 20:54
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/9524

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice