Dépôt numérique
RECHERCHER

Végétation urbaine et injustice environnementale à Montréal : exploration du cas de trois arrondissements centraux à partir de l'imagerie satellitaire à très haute résolution spatiale

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Pham, Thi-Thanh-Hien; Apparicio, Philippe; Séguin, Anne-Marie; Gagnon, Martin (2010). Végétation urbaine et injustice environnementale à Montréal : exploration du cas de trois arrondissements centraux à partir de l'imagerie satellitaire à très haute résolution spatiale Working Paper. Institut national de la recherche scientifique, Montréal.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Les espaces verts, tels que les rues arborées, parcs et jardins, apportent de multiples bénéfices pour la qualité de vie intra-urbaine. Cependant, certaines études récentes démontrent que des populations défavorisées ont un accès plus limité aux espaces verts ou disposent moins de végétation dans leur quartier, soit une forme d’injustice environnementale. Ce papier a pour but de vérifier s’il existe des injustices environnementales pour les enfants, les aînées et les personnes défavorisées dans trois arrondissements centraux de Montréal (Le Plateau-Mont-Royal, Rosemont–La Petite-Patrie, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve). Nous avons cartographié des arbres et de l’herbe à partir de l’imagerie satellitaire (QuickBird, à 60 cm de résolution spatiale, acquise en septembre 2007) et des données spatiales relatives à l’emprise au sol des bâtiments. Avec l’aide d’une méthode basée objet, la cartographie est obtenue à une exactitude adéquate, soit 0,75 et 0,82 pour les arbres et l’herbe. Nous avons calculé la présence de végétation ainsi que sa composition en arbres et en herbe pour les aires de diffusions (AD), et ceux, pour les rues, les ruelles, les parcs et les cours dans chaque AD. Les analyses statistiques révèlent que la quantité de végétation, surtout les arbres dans les rues et les cours, varie significativement à travers les quartiers à l’étude. Les personnes à faible revenu semblent résider dans des AD comprenant en moyenne 3 % moins de végétation que la population totale. Elles sont plus présentes dans les places où la végétation est moins abondante (R2 = -0,34). Or, ces inégalités sont assez faibles comparativement avec celles documentées dans certaines villes étasuniennes. La situation est plus favorable pour les personnes âgées et les enfants. Finalement, notre modèle de régression indique que la végétation tente à baisser dans les AD où il y a proportionnellement moins de maisons unifamiliales ou jumelées, de personnes âgées, mais plus de personnes à faible revenu.

Type de document: Monographie (Working Paper)
Mots-clés libres: télédétection; végétation urbaine; injustice environnementale; remote sensing; urban vegetation; environmental injustice.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 12 nov. 2020 19:24
Dernière modification: 12 nov. 2020 19:24
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/9259

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice