Dépôt numérique
RECHERCHER

Détection automatique des zones sinistrées à Port-au-Prince : l'approche orientée objet, une complémentarité opérationnelle à la photo-interprétation

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Pham, Thi-Thanh-Hien; Apparicio, Philippe; Weber, Christiane; Mathon, Dominique (2010). Détection automatique des zones sinistrées à Port-au-Prince : l'approche orientée objet, une complémentarité opérationnelle à la photo-interprétation Working Paper. Institut national de la recherche scientifique, Montréal.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Suite à des catastrophes majeures, la cartographie des zones sinistrées est importante pour la planification des secours humanitaires et la reconstruction. Les cartes de dégâts produites par les organismes internationaux, comme l’ONU et la Banque mondiale, sont souvent basées sur la photo-interprétation des images de télédétection mobilisant quelques centaines d’experts sur plusieurs jours, voire semaines. Par conséquent, certains auteurs préconisent le recours à des approches automatiques, notamment orientées objet. Malgré leur relativement bonne précision, ces approches sont critiquées, jugées trop complexes à opérationnaliser dans un temps limité. L’objectif premier de cet article est de vérifier si la détection orientée objet des dégâts demeure difficile à opérationnaliser rapidement et efficacement, et ce, en ayant comme étude de cas la ville de Port-au-Prince affectée par un séisme en janvier 2010. Nous procédons à la classification par le logiciel eCognition avec deux jeux de données : 1) les images GeoEye (50 cm) couplées avec les données LiDAR (1 m) et 2) les images World BankImageCAT-RIT (15 cm) couplées avec les données LiDAR. Trois types de dégâts sont classifiés : bâtiments intacts, bâtiments effondrés et débris. La classification du jeu de données World Bank-ImageCAT-RIT est obtenue dans un temps de traitement relativement court (deux jours) et avec l’exactitude globale assez élevée (près de 70 %). Celle obtenue avec les données GeoEye est peu satisfaisante, les images étant assez sombres et la résolution spatiale n’étant pas suffisamment fine. Nous proposons donc une nouvelle stratégie intégrant l’approche automatique et la photo-interprétation pour la cartographie des zones sinistrées.

Type de document: Monographie (Working Paper)
Mots-clés libres: télédétection; orienté objet; cartographie des dégâts; séisme; Port-au-Prince; remote sensing; object-oriented; damage mapping; earthquake.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 12 nov. 2020 19:21
Dernière modification: 12 nov. 2020 19:21
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/9250

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice