Dépôt numérique
RECHERCHER

Utilisation des technologies géomatiques pour spatialiser le facteur K d’érodabilité des sols du bassin versant de la rivière Chaudière, Québec.

Duchemin, Marc; Rousseau, Alain N.; Lamontagne, Luc; Villeneuve, Jean-Pierre (2001). Utilisation des technologies géomatiques pour spatialiser le facteur K d’érodabilité des sols du bassin versant de la rivière Chaudière, Québec. Canadian Journal of Soil Science , vol. 81 , nº 4. p. 423-437. DOI: 10.4141/S00-042.

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

Le système informatisé GIBSI utilise l’Équation Universelle de Pertes de Sol (EUPS) pour simuler l’érosion hydrique des sols. L’EUPS nécessite d’estimer le facteur d’érodabilité annuelle moyenne des sols (facteur K) du bassin versant étudié. Cette estimation peut s’avérer délicate, car elle dépend de l’information contenue sur les cartes pédologiques. Le recours aux technologies géomatiques s’avère alors un moyen à privilégier pour gérer les caractéristiques physico-chimiques des sols et leur localisation sur le bassin versant. Une procédure d’agrégation spatiale par polygones pédologiques a été élaborée afin de calculer le facteur K pour les sols du bassin versant de la rivière Chaudière (Québec, Canada). Une cartographie du facteur K a été réalisée afin d’étudier la distribution spatiale de l’érodabilité des sols du bassin versant. Les valeurs du facteur K calculées par polygone pédologique varient de 0,0043 à 0,0582 t h ha MJ–1 ha–1 mm–1 et présentent une moyenne de 0,0236 t h ha MJ–1 ha–1 mm–1. Cette cartographie a fait ressortir certaines discontinuités spatiales dans la délimitation des polygones situés à la frontière de cartes pédologiques appartenant à des comtés voisins. Certaines de ces discontinuités auraient pour origine la nature et la distribution des pédo-paysages sur le bassin versant et l’évolution des méthodes de cartographie et de classification des sols utilisées entre les années 1957 et 1996.

Abstract

The integrated modelling system GIBSI simulates soil erosion using the Universal Soil Loss Equation (USLE). The USLE requires the evaluation of the soil erodibility K factor for the studied watershed. This estimate can be difficult because it depends on information from soil maps. The use of geomatics technologies appears to be a good way to manage the physico-chemical characteristics of soils and their aerial distribution in the watershed. A method for the spatial aggregation of the physico-chemical soil parameters obtained from published soil surveys was developed and used to calculate, at the soil polygone level, the K factor for the Chaudière River watershed (Québec, Canada). The calculated values of K, for all the surveyed soil polygones, varied between 0.0043 and 0.0582 t h ha MJ–1 ha–1 mm–1, averaging 0.0236 t h ha MJ–1 ha–1 mm–1 for the watershed. The raster mapping of these values showed spatial discontinuities at the limits of adjacent soil counties. Some of these discontinuities were due to the nature and distribution of soil landscapes on watershed and to the evolution of soil survey techniques between 1957 and 1996.

Type de document: Article
Mots-clés libres: facteur K d’érodabilité des sols; discontinuité spatiale; bassin versant; géomatique; GIBSI; soil erodibility factor K; spatial discontinuity; watershed; geomatics; GIBSI
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 08 janv. 2021 20:19
Dernière modification: 08 janv. 2021 20:19
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/11120

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice