Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude de l'infection de cellules nerveuses humaines par le corona virus humain 229E

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Ékandé, Sophie (1993). Étude de l'infection de cellules nerveuses humaines par le corona virus humain 229E Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 244 p.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (61MB) | Prévisualisation

Résumé

Ce travail visait à vérifier la susceptibilité et la permissivité à l'infection du coronavirus 229E sur des cellules du SNC humain en culture continue.

Nous avons démontré une telle infection sur les neurones, oligodendrocytes et astrocytes en détectant les antigènes viraux sur les cellules infectées par le test d'immunofluorescence indirecte. Pour détecter ces antigènes viraux nous utilisions un anticorps monoclonal 5-11H.6, anti-HCV 229E, dont la spécificité n'a pu être mise en évidence par la méthode de radio-immunoprécipitation très probablement du fait de la difficulté à solubiliser les protéines virales dans des conditions optimales, sans pour autant en affecter les propriétés biologiques et confonnationnelles.

Nous avons quantifié la production de particules virales infectieuses sur ces différentes lignées cellulaires en utilisant la méthode du test par plages de lyse. Suite à des problèmes techniques ne pennettant plus de détecter des plages de lyse nous avons eu recours à une méthode alternative soit le titrage des antigènes viraux par immunoperoxydase indirecte.

Ce travail, d'autre part, nous a permis de mettre en évidence une activité Fe réceptrice pour les immunoglobulines de type G sur les cellules infectées par le HCV- 229E.

Enfin des études préliminaires nous permettent de supposer que les cellules nerveuses humaines en culture continue pourraient utiliser le récepteur aminopeptidase N pour la phase initiale d'adsorption dans le cycle viral. Ceci a été mis en évidence par compétition de liaison du virus avec un anticorps R.BS anti-aminopeptidase N en utilisant d'une part le test d'immunofluoresoence indirecte dans le cas des lignées de cellules nerveuses SK-N-SH, H4, U-87 MG et de la lignée de cellules de fibroblastes de poumon humain Ll32, et d'autre part, seulement dans le cas de la lignée de fibroblastes, par compétition de liaison du virus avec un anticorps RBS anti-aminopeptidase N par marquage radiactif des protéines virales.

Type de document: Thèse Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Talbot, Pierre
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 22 août 2019 15:18
Dernière modification: 22 août 2019 15:18
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8553

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice