Dépôt numérique
RECHERCHER

La distribution spatiale des écrans antibruit dans la région de Montréal : une barrière sonore à l’équité environnementale?

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Potvin, Stéphanie (2019). La distribution spatiale des écrans antibruit dans la région de Montréal : une barrière sonore à l’équité environnementale? Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 130 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Le climat sonore est une importante composante de la qualité de vie puisque le bruit routier constitue la deuxième nuisance la plus néfaste pour la santé et le bien-être après la pollution atmosphérique ainsi que la source de bruit la plus répandue en milieu urbain. S’il est vrai que de plus en plus d’études s’y intéressent dans le champ de la justice environnementale, encore peu d’études se sont intéressées, dans une perspective distributionnelle, aux mesures de mitigation au bruit routier permettant de protéger les populations exposées à cette nuisance, notamment dans la région métropolitaine de Montréal. L’objectif principal de cette recherche est double. Il vise, dans un premier temps, à examiner la distribution et la concentration de quatre groupes vulnérables – les enfants, les personnes âgées, les personnes à faible revenu et les minorités visibles – dans les zones de gêne sonore à proximité des axes majeurs de circulation par rapport au reste du territoire. Dans un deuxième temps, il vise à étudier leur distribution et concentration en zone protégée par la présence d’écrans sonores lorsqu’ils habitent en zone de gêne sonore à proximité des axes majeurs. À l’aide de données sur la circulation routière (essentiellement les débits de circulation journaliers moyens estivaux et les limites de vitesse), nous avons pu générer des zones de gêne sonore le long des axes majeurs de circulation à l’intérieur desquelles les niveaux de bruit sont considérés problématiques. L’élaboration d’une base de données comportant la localisation des écrans sonores a permis d’identifier les zones protégées du bruit et celles non protégées. Puis, l’utilisation des données du recensement de 2016 et de méthodes d’analyse statistique a enfin permis de vérifier s’il existe des iniquités quant à la protection contre le bruit routier aux abords des axes majeurs de la Communauté métropolitaine de Montréal. Les résultats démontrent que pour certains groupes, la situation varie beaucoup d’une sous-région à l'autre. Toutefois, on constate une situation doublement inéquitable pour les personnes à faible revenu et, dans une moindre mesure, pour les minorités visibles. En effet, ces groupes résident proportionnellement plus souvent à proximité des axes majeurs de circulation et sont moins souvent protégés par la présence d’écrans antibruit. À l’inverse, on obtient une situation doublement avantageuse pour les enfants. Puis, la variable des aînés est généralement non significative. ===== ABSTRACT ===== Road traffic noise is an important component of quality of life since it is considered the second most harmful factor for health and well-being, as well as the most prevalent source of noise in the urban environment. Even though more and more studies are interested in road traffic noise, still far too few studies investigate road traffic noise mitigation measures protecting exposed populations to that nuisance in a perspective of distribution. It is notably the case of the Montreal Metropolitan Community. The main objective of this study is double. It aims, firstly, to look at the distribution and the overrepresentation of four vulnerable population groups – children, seniors, low-income individuals and visible minorities – in noise disturbance zones along major traffic routes comparatively to the rest of the study area, then secondly, it aims to study their distribution and overrepresentation in protected zones by noise barriers when they live in noise disturbance zones along major traffic routes. By means of road traffic data (summer average daily traffic and maximum speed limits), we were able to determined noise disturbance zones along major traffic routes within which noise thresholds are considered problematic. The development of a database regarding to the noise barriers geolocation enabled us to identify protected zones and noise disturbance zones. Then, the use of 2016 census data and statistical analysis finally allowed us to check whether there are inequities about road traffic noise mitigation measures for some of the four population groups along major routes in the Montreal Metropolitan Community. The results show that situations of equity and inequity differ a lot depending on the population groups and the subregions. However, the results reveal a situation doubly inequitable for low-income persons and, to a lesser extent, for visible minorities. Indeed, these groups live more often close to major traffic routes and are less likely to be protected by noise barriers. In contrast, children are doubly advantaged. Then, the variable of seniors is generally not significant.

Type de document: Thèse Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Apparicio, Philippe
Co-directeurs de mémoire/thèse: Séguin, Anne-Marie
Mots-clés libres: Bruit routier; écrans sonores; mesures de protection; équité environnementale; Montréal; SIG; Road traffic noise; noise barriers; protection measure; environmental equity; Montreal; GIS
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 04 juill. 2019 20:32
Dernière modification: 04 juill. 2019 20:32
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8442

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice