Dépôt numérique
RECHERCHER

La construction d'une capacité de gouvernance métropolitaine : le cas de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Lafortune, Marie-Ève (2010). La construction d'une capacité de gouvernance métropolitaine : le cas de la Communauté métropolitaine de Montréal. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 154 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

À l’heure de la métropolisation, les grandes régions urbaines du monde sont confrontées à de nouveaux enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Pour y faire face, plusieurs pays occidentaux ont procédé à des réformes institutionnelles de leurs grandes agglomérations. Celles-ci sont influencées par les courants de pensée en gestion métropolitaine, tels que l’école de la réforme, celle des choix publics et le courant néo-régionaliste. Alors que les deux écoles classiques sont engagées dans un dialogue de sourds et défendent des positions complètement opposées, le courant néo-régionaliste est le seul à ne pas supposer qu’il existe une seule bonne manière d’assurer la gouvernance métropolitaine des agglomérations. Élaboré en réponse aux nouveaux enjeux liés à la métropolisation, il permet également leur prise en compte. Dans ce contexte, ce mémoire s’intéresse aux facteurs qui influencent la capacité de gouvernance métropolitaine. À partir d’une grille d’analyse développée par Heinelt et Kübler (2005), notre hypothèse est que trois facteurs influencent la construction de cette capacité. Il s’agit du comportement collaboratif des acteurs, des incitatifs mis en place par les paliers supérieurs de gouvernement et du leadership politique territorial. Cette hypothèse est vérifiée par l’étude du cas de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), une instance légère de planification et de coordination créée en 2001 en réponse aux impératifs de la métropolisation. Malgré tout l’intérêt qui leur est porté et la place qu’elles prennent dans la littérature scientifique en études urbaines, on retrouve très peu d’expériences de gouvernance métropolitaine en occident. Ainsi, les occasions de se pencher sur l’analyse de celles-ci sont assez limitées. Pour cette raison, le cas de la CMM constitue une occasion unique d’en apprendre plus sur les facteurs influençant la capacité de gouvernance métropolitaine. Suite à une analyse documentaire de la Loi constitutive de la CMM, de ses rapports d’activités, ses règlements, ses budgets, de plusieurs de ses documents de planification et des procès-verbaux du conseil, nous constatons que la CMM a développé une capacité de gouvernance métropolitaine différenciée en fonction des enjeux auxquels elle doit faire face. Alors que certaines questions semblent avoir facilement fait l’objet d’un consensus, d’autres peinent encore à sortir de l’impasse. Ensuite, notre analyse plus approfondie de l’explication de ce bilan en matière d’aménagement du territoire et de logement social et abordable, basée sur la réalisation de 13 entretiens semi-dirigés avec des observateurs privilégiés, démontre l’importance des trois facteurs suggérés par Heinelt et Kübler dans la construction d’une capacité de gouvernance métropolitaine, mais surtout de l’interaction entre ceux-ci. Enfin, nous constatons que d’autres facteurs jouent également un rôle important et expliquent en partie le bilan différencié de la CMM ======= In the context of metropolitanization, largest urban areas of the world are facing new social, economic and environmental issues. In response to these new challenges, several Western countries have carried out an institutional reform of their major urban areas. These are influenced by theoretical trends in metropolitan management such as the metropolitan reform movement, the public choice theory and the new regionalist movement. Since the two traditional schools of thought are engaged in a talk at cross purposes and support totally opposite solutions, the new regionalist movement is the only one which does not assume that there is only one good way to achieve metropolitan governance. Developed in response to emerging issues related to metropolitanization, it also allows the consideration of the latter. In this context, this paper focuses on the factors that influence the metropolitan governance capacity. From an analytical framework developed by Heinelt and Kübler (2005), our hypothesis is that three factors influence the building of this capacity. They are the incentives set by upper-level governments, the cooperative actor behaviour and the territorial political leadership. This hypothesis is verified by the case study of the Montreal Metropolitan Community (MMC), a light body of planning and coordination established in 2001 in response to the new challenges of metropolitanization. Despite all the interest they receive and the place they take in the scientific literature in urban studies, there are very few experiences of metropolitan governance in the Western countries. Thus, opportunities to focus on their analysis are quite limited. For this reason, the case of the MMC represents a unique opportunity to learn more about factors that affect the metropolitan governance capacity. Following an analysis of the Constitutive Act of the MMC, of its annual reports, regulations, budgets, several of its planning documents and the minutes of the board, we found that the MMC has developed a metropolitan governance capacity which differs according to each challenge it faces. While for some issues the consensus building seems to have been easier, others are still struggling to break the deadlock. Secondly, our deeper analysis of two major competencies, based on 13 semi-structured interviews we conducted, shows the significance of the three factors suggested by Heinelt and Kübler in the building of a metropolitan governance capacity, but especially the importance of their interaction. Finally, we show that other factors also play an important role and partly explain the assessment of the MMC.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Collin, Jean-Pierre
Mots-clés libres: Agglomération urbaine; administration; gouvernance; aménagement du territoire; métropolisation; acteur; facteur; comportement; collaboration; incitatif; leadership; politique; territoire; bilan; réalisation; CMM; Communauté métropolitaine de Montréal.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 21 juin 2012 20:27
Dernière modification: 17 juill. 2015 16:08
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/84

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice