Dépôt numérique
RECHERCHER

Le pouvoir pathogène des staphylocoques : I- étude comparative de 40 souches à l'aide de quatre méthodes d'infection expérimentale

Frappier, Armand; Sonea, Sorin; Panisset, Maurice (1955). Le pouvoir pathogène des staphylocoques : I- étude comparative de 40 souches à l'aide de quatre méthodes d'infection expérimentale Revue canadienne de biologie , vol. 14 , nº 2. p. 152-172.

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

L'inoculation intrapéritonéale de la souris, l'injection intramusculaire de la même espèce. avec mesure de la tuméfication produite, l'inoculation intracérébrale de la souris et l'injection de l'embryon de poulet de 19 jours ont été utilisées parallèlement avec 40 souches de staphylocoques. Le nombre de bactéries inoculées doit être bien choisi pour obtenir des résultats interprétables: d'une centaine de bactéries pour l'embryon allant jusqu'à plusieurs milliards pour la souris par voie intrapéritonéale.

Avec chaque méthode, les souches donnent des résultats suffisamment échelonnés mais cette classification n'est, bien entendu, valable que pour la voie d'inoculation et que pour l'espèce en cause.

Notre étude n'a pas montré de différence appréciable entre le pouvoir pathogène expérimental des souches provenant d'infections et celui de souche de porteurs. Il n'y avait pas non plus de différence appréciable entre les souches sensibles et celles résistantes à la pénicilline.

La signification des résultats du point de vue de la virulence de ces mêmes souches pour les humains reste à établir. Un fait très significatif est la manque de parallélisme entre les résultats obtenus avec les quatre méthodes. Cette évolution complètement indépendante et imprévisible des résultats semble indiquer l'existence de plusieurs mécanismes pathogènes distribués au hasard dans les souches de staphylocoques. Chacune des quatre méthodes utilisées sélectionnerait l'effet de facteurs pathogènes différents, d'où le manque de corrélation des résultats. En l'absence d'un animal d'expérience idéal pour l'infection staphylococcique expérimentale, qui réagirait comme les humains, il serait indiqué d'utiliser parallèlement au moins deux méthodes d'infection différentes pour l'étude du pouvoir pathogène des staphylocoques.

Type de document: Article
Informations complémentaires: Recueil de tiré-à-part de la bibliothèque: A0105
Mots-clés libres: 09-0244861; experimentale; infection; pathogene; pouvoir; souche; staphylocoque
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 21 nov. 2019 16:23
Dernière modification: 21 nov. 2019 16:23
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8311

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice