Dépôt numérique
RECHERCHER

Etude microfluorometrique des microorganismes : I- la fluorescence primaire (autofluorescence)

De Repentigny, Jacques; Sonea, Sorin; Frappier, Armand (1961). Etude microfluorometrique des microorganismes : I- la fluorescence primaire (autofluorescence) Annales de l'Institut Pasteur , vol. 101 . p. 353-366.

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

1- Tous les microorganismes examinés présentent une fluorescence primaire dont l'intensité est mesurable dans nos conditions expérimentales.

2- Sur frottis sec, l'intensité de la fluorescence primaire varie de façon assez imprévisible selon les espèces, les souches, les sous-cultures et les conditions de culture (pH, température, éléments nutritifs, etc.). Nous avons observé visuellement que cette intensité varie aussi d'une cellule à l'autre sur le même frottis. Il n'y a pas assez de stabilité dans ces résultats obtenus sur frottis avec les cultures différentes d'une même espèce pour les appliquer à la classification des microorganismes. Cependant, il serait peut-être possible de différencier par ces méthodes les quelques espèces qui présentent régulièrement des intensités très fortes de celles qui sont peu fluorescentes. En contrepartie, la mesure de l'intensité de la fluorescence primaire pourrait donner des indications précieuses permettant de mettre en évidence des modifications au niveau des structures chimiques des microorganismes.

3- En suspension aqueuse dans des capillaires l'ordre de grandeur de l'intensité de la fluorescence primaire des microorganismes peut être comparé à celui de quantités déterminée de fluorochromes. Ceci pourrait constituer la base d'une standardisation possible dans l'étude de leur fluorescence primaire.

4- Sous l'influence de l'irradiation ultraviolette, pendant l'examen microscopique en capillaires des microorganismes lavés, il y a des modifications de l'intensité de la fluorescence primaire, ceci avec un comportement caractéristique pour certaines espèces en culture pure, ce qui pourrait servir de méthode complémentaire à l'étude des microorganismes.

5- L'ensemble de ces résultats indique que la microfluorométrie est une méthode d'analyse physico-chimique qui pourrait faire progresser les recherches en microbiologie.

Type de document: Article
Informations complémentaires: Recueil de tiré-à-part de la bibliothèque: A0200
Mots-clés libres: autofluorescence; fluorescence; microorganisme
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 07 févr. 2020 15:01
Dernière modification: 07 févr. 2020 15:01
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8296

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice