Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude du mécanisme de toxicité induit par l’hexachlorobenzène causant un dimorphisme sexuel au niveau des jonctions communicantes dans le foie

Kirady, Christine; Plante, Isabelle; Cyr, Daniel G. . Étude du mécanisme de toxicité induit par l’hexachlorobenzène causant un dimorphisme sexuel au niveau des jonctions communicantes dans le foie In: Congrès Armand-Frappier 2017 (10e édition), 9-11 novembre 2017, Orford (Québec).

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

L’hexachlorobenzène (HCB) est un contaminant environnemental persistant ayant été banni en 1970 pour ces effets potentiellement cancérigènes chez l’humain. Une exposition à ce carcinogène augmente la sensibilité au développement de tumeur hépatique, uniquement chez les rats femelles. Des études antérieures démontrent qu’une exposition à court terme au HCB (100mg/kg/jour) induit une dérégulation de la communication cellulaire par les jonctions communicantes au niveau des hépatocytes. Les jonctions communicantes sont formées par la connexine 32 et la connexine 26 dans les hépatocytes. Des études antérieures rapportent une diminution significative de l’ARNm de ces deux connexines suite à un traitement au HCB, uniquement chez les rats femelles. Notre hypothèse est que le dimorphisme sexuel observé au niveau des jonctions communicantes est responsable du développement de tumeur hépatique spécifique au sexe induit par le HCB. Les objectifs sont de : (1) Déterminer si le dimorphisme au niveau des connexines s’établit au cours du développement ou s’il s’établit en réponse au HCB, en regardant les niveaux protéiques de la Cx32 et Cx26, à différents stades de développement, (2) Effectuer une exposition au HCB par gavage sur des rats à différents stades clés du développement afin de faire l’analyse génomique complète de rat femelles et mâles traités ou non à l’HCB, par l’utilisation de microréseaux. Les résultats obtenus jusqu’à présent démontrent que le dimorphisme sexuel observé au niveau des connexines est un effet spécifique du HCB. De plus, l’expression de CYP1A1 est dix fois plus élevée chez les femelles traitées au HCB par rapport aux contrôles ce qui confirme l’efficacité du traitement. Actuellement, la localisation et l’expression de la Cx32 et de la Cx26 sont en cours. Ce projet nous permettra de déterminer les mécanismes responsables de la réponse spécifique au sexe induite par le HCB et ainsi de mieux comprendre les différences mâle-femelle en réponse aux organochlorés.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 déc. 2019 21:02
Dernière modification: 16 déc. 2019 21:02
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8256

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice