Dépôt numérique
RECHERCHER

Du potentiel à produire des 4-hydroxy-3-methyl-2-alkylquinolines chez le complexe Burkholderia cepacia

Coulon, Pauline; Déziel, Éric . Du potentiel à produire des 4-hydroxy-3-methyl-2-alkylquinolines chez le complexe Burkholderia cepacia In: Congrès Armand-Frappier 2017 (10e édition), 9-11 novembre 2017, Orford (Québec).

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

Le complexe Burkholderia cepacia (Bcc), est composé de 21 espèces différentes. Récemment un système homologue au système PQS de P. aeruginosa a été découvert. Ce système est codé par l’opéron hmqABCDEFG et produit des molécules de signalisation 4-hydroxy-3-methyl-2-alkylquinolines (HMAQ). Chez la souche clinique B. ambifaria HSJ1, les HMAQ inhibent indirectement le système Cep mais leur synthèse est indirectement aussi activé par ce dernier. Aucun régulateur direct de ce système n’a été trouvé à ce jour. Par ailleurs, seul le rôle antifongique a été mis en évidence.

La production de HMAQ a été identifiée principalement chez les souches cliniques de type B. ambifaria, or la synthèse en faible quantité de HMAQ par quelques souches de Bcc environnementales a été démontré lors de récents travaux. Il semblerait donc y avoir une différence d’expression de l’opéron hmqABCDEFG entre les souches cliniques et environnementales chez B. ambifaria. Cette même distribution pourrait être partagée au sein des autres espèces appartenant au groupe de Bcc.

Une analyse bio-informatique a été faite afin de déterminer la distribution de l’opéron hmqABCDEFG au sein des Bcc. À partir des séquences disponibles, la présence de cet opéron a été confirmé par PCR et l’analyse de la production des HMAQ a été effectuée par chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse (LCMS), respectivement.

Les résultats montrent que d’autres espèces de Bcc produisent des HMAQ. Mais les souches environnementales produisent moins de molécules que les souches cliniques, confirmant les premiers résultats mis en avant chez B. ambifaria. Par ailleurs, il semblerait que certaines souches possédant l’opéron ne produisent pas de molécules. La suite des travaux impliquera l’analyse de la distribution de l’opéron sur un échantillonnage d’espèces plus important. Ensuite la régulation de l’opéron se déterminée. Enfin le rôle des HMAQ sera élucidé.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 déc. 2019 20:59
Dernière modification: 16 déc. 2019 20:59
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8249

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice