Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude des mécanismes du contrôle traductionnel dans la toxoplasmose congénitale

Chagneau, Sophie; Leroux, Louis-Phillipe; Chaparro, Visnu; Dagenais-Lussier, Xavier; Raisch, Jennifer; van Grevenynghe, Julien; Vaillancourt, Cathy; Jaramillo, Maritza . Étude des mécanismes du contrôle traductionnel dans la toxoplasmose congénitale In: Congrès Armand-Frappier 2017 (10e édition), 9-11 novembre 2017, Orford (Québec).

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

Problématique : Toxoplasma gondii (T. gondii) est un parasite infectant toute cellule nucléée. Le contrôle traductionnel permet de lutter contre les infections. Cependant, les agents pathogènes peuvent utiliser ce processus pour favoriser leur survie. Étant donnée l’absence de traitements efficaces contre la toxoplasmose congénitale, il est primordial de comprendre les interactions entre T. gondii et les cellules placentaires à l’interface mère–foetus.

Hypothèse : Suite à nos données préliminaires démontrant que T. gondii module l’initiation de la traduction du trophoblaste placentaire par la voie PI3K /Akt /mTORC1, nous émettons l’hypothèse que le contrôle traductionnel des trophoblastes joue un rôle dans la toxoplasmose congénitale.

Méthodologie : L‘analyse du translatome des macrophages infectés par T. gondii par RNA-seq a permis d’identifier le facteur de transcription FoxO3 comme l’une de ses cibles traductionnelles. La lignée de choriocarcinome placentaire humain, les cellules BeWo, un modèle de trophoblaste a été infecté par les souches RH et ME49 de T. gondii et traité ou non avec des inhibiteurs de mTOR, rapamycine et Torin-1. L’expression de FoxO3 et l’activité de mTORC1 a été analysée par Western Blot. La modulation des cibles de FoxO3 par T. gondii a été analysée par RT-PCR.

Résultats : Nos résultats montrent une diminution de l’expression protéique de FoxO3 dans les BeWo infectées par les deux souches de T. gondii. Le traitement à la rapamycine a empêché l’inhibition de FoxO3 dans les cellules infectées par la souche ME49.

Conclusion : Cette étude montre que T. gondii diminue l’expression de FoxO3 dans la lignée cellulaire BeWo. De plus, nos données suggèrent que la régulation de FoxO3a par la souche ME49 pourrait être dépendante de l’activation de la voie mTORC1. L’analyse des cibles transcriptionnels de FoxO3 régulées par T. gondii est en cours pour cerner le rôle de leur modulation dans la toxoplasmose congénitale.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 déc. 2019 20:53
Dernière modification: 16 déc. 2019 20:53
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8233

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice