Dépôt numérique
RECHERCHER

Est-ce que la motilité de type swarming chez Pseudomonas aeruginosa nécessite la participation des systèmes de sécrétion de type VI?

Robitaille, Sophie; Jean-Pierre, Fabrice; Tremblay, Julien; Déziel, Éric . Est-ce que la motilité de type swarming chez Pseudomonas aeruginosa nécessite la participation des systèmes de sécrétion de type VI? In: Congrès Armand-Frappier 2017 (10e édition), 9-11 novembre 2017, Orford (Québec).

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

La bactérie Pseudomonas aeruginosa utilise la motilité de type swarming, un mouvement de groupe coordonné sur une surface semi-solide, pour coloniser son environnement. Deux critères essentiels sont connus pour se déplacer ainsi, soit posséder un flagelle fonctionnel et produire un agent mouillant. Un mutant qui respecte ces deux critères, mais qui présente malgré tout un défaut de swarming, a été découvert dans notre laboratoire. Celui-ci surexprime, en condition swarming, des gènes impliqués dans les trois systèmes de sécrétion de type VI (SST6) codés par P. aeruginosa. Ces systèmes, par la sécrétion de toxines et d’effecteurs, sont connus pour permettre la compétition entre bactéries dans l’environnement. Notre hypothèse est qu’il existe un troisième critère, en lien avec le rôle de sécrétion des SST6, nécessaire à la motilité de type swarming qui pourrait expliquer le défaut de notre mutant. Tout d’abord, une colonie en motilité de type swarming de la souche sauvage évite une colonie de ce mutant. Supportant notre hypothèse que cet évitement est dû à la surexpression des SST6, lorsque n’importe quels deux des trois systèmes sont délétés, il y a un défaut de motilité de type swarming. Plusieurs expériences, dont des co-cultures avec la souche sauvage marquée avec un fluorophore, ont été réalisées afin de complémenter la motilité de type swarming des doubles mutants SST6, mais sans succès. Il semblerait que l’élément manquant à la motilité de type swarming de notre mutant ne soit pas une protéine ou molécule sécrétée et donc que les SST6 n’aient pas le rôle initialement proposé dans la motilité de type swarming. Alternativement, une expérience d’évolution dirigée de notre mutant en condition swarming est présentement en cours afin de mieux comprendre le défaut observé.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 18 mars 2019 18:03
Dernière modification: 18 mars 2019 18:03
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/7944

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice