Dépôt numérique
RECHERCHER

Analyse structurale et microstructures des zones de cisaillement de la Rivière George et du Lac Tudor.

Vanier, Marc-Antoine; Guilmette, Carl; Harris, Lyal B.; Godet, Antoine; Cleven, Nathan; Charette, Benoit; Lafrance, Isabelle (2017). Analyse structurale et microstructures des zones de cisaillement de la Rivière George et du Lac Tudor. Manuscrits bruts (MB 2017-12). Ministère de l'Énergie et Ressources naturelles du Québec, Québec.

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

Le Sud-Est de la Province de Churchill (SEPC) est composé de deux zones orogéniques paléoprotérozoïques, entre lesquelles est intercalée la Zone noyau, un microcontinent archéen remobilisé au Paléoprotérozoïque. Le modèle géodynamique actuel envisage une première collision entre la Zone noyau et le Craton de Nain lors de l’Orogène des Torngat (1,87 à 1,82 Ga), puis une seconde entre la marge ouest de la Zone noyau et le Craton du Supérieur (1,82 à 1,77 Ga) à l’origine de l’Orogène du Nouveau Québec (ONQ; Wardle et al., 2002). La Zone noyau est traversée par d’importantes zones de cisaillement ductiles dont les relations chronologiques avec la ceinture de plis et de chevauchements de l’ONQ demeurent imprécises. Le présent projet de maîtrise vise à décrire les styles de déformation du SEPC, à déterminer la chronologie de ces structures et à évaluer les conditions de température associées à leur développement. L’analyse structurale préliminaire démontre la présence de plis déversés vers l’ouest dans la Zone de Rachel- Laporte. Ceux-ci s’incurvent vers le sud et deviennent verticaux près de la Zone de cisaillement du Lac Tudor (ZCLT). Une zone de cisaillement dans le domaine de Mistinibi présente des linéations d’étirement minéral plongeant en général de 35 à 60° vers le nord. Les microstructures observées en lames minces dans l’ONQ indiquent des conditions de déformation comprises entre 400 et 700 °C selon les échantillons, alors qu’elles sont supérieures à 630 °C dans la ZCLT. La Zone de cisaillement de la Rivière George (ZCRG) semble avoir été active dans un large intervalle de température, soit de 300 à 700 °C. Les prochains travaux viseront à préciser les relations entre le plissement dans la Zone de Rachel-Laporte et le mouvement en décrochement dextre le long de la ZCLT. La présence d’une éventuelle structure à faible pendage sous la Zone de Rachel-Laporte sera également testée à l’aide des données aéromagnétiques filtrées de façon à mettre en évidence les structures profondes. Les travaux à venir dans la Zone noyau viseront à évaluer les températures de déformation de la ZCRG en employant les thermomètres des axes c du quartz et du titane dans le quartz.

Type de document: Rapport
Informations complémentaires: © Gouvernement du Québec
Mots-clés libres: géologie structurale; cisaillement; Rivière George; Lac Tudor;
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 29 janv. 2019 20:59
Dernière modification: 29 janv. 2019 20:59
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/7770

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice