Dépôt numérique
RECHERCHER

Représentations sociales des infrastructures d’eau et participation des Montréalais à la gestion du service de l’eau

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Desbiens, Marie-Élaine (2017). Représentations sociales des infrastructures d’eau et participation des Montréalais à la gestion du service de l’eau Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 161 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette recherche vise à explorer la possibilité pour le Service de l’eau de la Ville de Montréal de passer d’une gouvernance administrative à une gouvernance participative. Cette dernière implique pour sa direction de mettre en place des dispositifs permettant la participation des citoyens à la gestion de l’eau, plus spécifiquement à l’établissement des niveaux de service tel que le suggèrent les meilleures pratiques en gestion des infrastructures auxquelles réfère le vérificateur général de la Ville dans un rapport qu’il adressait au Service en 2013. Les auteurs de recherches sur la participation citoyenne et les dispositifs et processus à mettre en place ont relevé plusieurs conditions de succès qui concernent, d’une part, la clarté et l’accessibilité pour tous des processus et des modalités de participation et, d’autre part, la nécessité que les citoyens concernés accordent de l’importance à l’objet de la participation et que ce dernier ait une signification dans leur vie. Notre travail a consisté à identifier les représentations sociales que les citoyens se font des services d’eau et la perception qu’ils ont de leur compétence à contribuer à la gestion d’un service qu’ils qualifient de technique et complexe. Les concepts de perception, de représentation sociale et de savoirs citoyens nous sont apparus pertinents pour cette analyse dans la mesure où ils doivent exister pour que les infrastructures d’eau aient, pour les citoyens, le sens et l’importance qui rendent possible leur participation à leur gestion. Ces représentations sont aussi intéressantes parce que les services d’eau sont livrés par des infrastructures souterraines, donc invisibles pour les citoyens. Nous avons donc cherché à vérifier si cette invisibilité ainsi que leur caractère technique empêchent les citoyens de se représenter les réseaux d’eau et réduisent également leur capacité à se juger « capables » de s’impliquer dans leur gestion. Les résultats de l’analyse des propos recueillis auprès de 91 Montréalais montrent qu’une majorité d’entre eux n’ont pas élaboré de représentation des services d’eau et, partant de là, n’expriment aucune volonté de s’impliquer dans la gestion du service. Ils considèrent également que celle-ci requiert des savoirs techniques qu’ils ne possèdent pas. Par ailleurs, la minorité de répondants qui se les représente et, partant de là, envisage une participation à la gestion du Service, se répartit en trois sous-groupes qui chacun met de l’avant une représentation dont le noyau central est différent : santé et sécurité de l’eau, environnement, coûts et corruption. Leur participation est étroitement liée au thème qui constitue le noyau central de leur représentation du Service et à l’expertise qu’ils possèdent sur cette question. Finalement, ces citoyens sont disposés à participer à la gestion de l’eau à la condition d’être mieux informés, d’être impliqués en amont des décisions et que leur contribution puisse influencer la prise de décision. Ces résultats sont en accord avec les travaux sur les conditions de la participation citoyenne et ceux traitant des représentations sociales d’objets techniques. ===== ABSTRACT ===== This paper aims to explore the possibility for Montréal’s water department (Service de l’eau) to switch from an administrative governance model to a participatory governance model. For the administration of the Service de l’eau, participatory governance would entail putting mechanisms in place that allow residents to be involved in water management, especially with regard to determining service levels, as suggested by infrastructure management best practices, to which Montréal’s Auditor General refers in a report addressed to the Service de l’eau in 2013. Authors of studies on civic participation and the corresponding mechanisms and processes have identified a number of conditions required for the success of this approach, namely the clarity and universal accessibility of the processes and terms of participation and the necessity for the residents involved to ascribe value to, and derive meaning from, the participatory process. Our paper entailed identifying residents’ social representations of water services and their perception of their own ability to contribute to the management of a department whose operations they qualify as technical and complex. We felt that the concepts of perception, social representation and citizen knowledge were relevant for this analysis to the extent that they must be present to ensure that water infrastructure is meaningful and important enough to residents to warrant their involvement in the management of these services. These representations are also of interest because water services are delivered through underground facilities that are not visible to the public. We therefore sought to determine whether the “out of sight” status and inherently technical nature of water infrastructure meant that it is indeed also “out of mind,” thus preventing residents from developing a social representation of water services and limiting their ability to see themselves as being up to the task of contributing to their management. An analysis of the feedback received from 91 Montrealers shows that a majority have not developed a social representation of water services and therefore have no interest in becoming involved in the management of the water department. They feel that this requires technical knowledge they do not possess. The respondents who had developed this social representation and, consequently, are considering taking part in the management of the Service de l’eau can be divided into three subgroups with three different central core, namely water-related health and safety, the environment, and cost and corruption. Their participation is closely linked to their respective central core and the expertise they possess in this regard. Finally, these residents are open to playing a part in water management on the condition that they be better informed, be involved early in the decision-making process and have an actual say in the decisions that are made. These findings are consistent with studies on the conditions of civic participation and social representations of technical objects.

Type de document: Thèse Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Trépanier, Michel
Mots-clés libres: Représentation sociale; perception; participation citoyenne; services d’eau; infrastructures municipales; services publics; savoirs citoyens; Social representation; perception; public participation; water services; public infrastructures; public services; civic knowledge; Montréal
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 23 févr. 2018 22:20
Dernière modification: 23 févr. 2018 22:20
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/6836

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice