Dépôt numérique
RECHERCHER

Commerce de détail et transformations socioéconomiques des quartiers centraux: Le repositionnement du petit commerce montréalais

Maltais, Alexandre (2016). Commerce de détail et transformations socioéconomiques des quartiers centraux: Le repositionnement du petit commerce montréalais Thèse. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en études urbaines, 406 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette thèse étudie la transformation de deux centralités commerçantes situées dans deux quartiers centraux montréalais en transition socioéconomique : Hochelaga-Maisonneuve et Saint-Henri–Petite-Bourgogne. Dans ces deux zones historiquement ouvrières longtemps connues pour leur pauvreté, on observe depuis quelques années une transformation du profil des commerces et des commerçants, de nouveaux établissements plus spécialisés ou plus chers remplaçant progressivement des commerces traditionnels. Prenant ses distances vis-à-vis des lectures les plus couramment mobilisées pour expliquer les changements commerciaux des métropoles – la revitalisation et la gentrification commerciale – la recherche vise à donner une compréhension plus globale de ce phénomène en examinant comment, à l’échelle locale, les grandes tendances économiques, sociales et culturelles sont vécues et prennent corps à travers les choix et les gestes des petits commerçants encore majoritaires sur la plupart des rues commerçantes et dans les marchés publics municipaux. S’appuyant sur un corpus d’entretiens réalisés auprès de 50 petits commerçants et d’une douzaine d’acteurs-clés du commerce de détail montréalais, de statistiques et de documents d’archives, la thèse s’inscrit dans une approche interprétative de tradition wébérienne. Elle mobilise la notion de positionnement pour désigner cette évolution du commerce, un terme qui constitue une alternative plus réflexive et plus individuelle à celui de reconversion, souvent utilisé pour désigner l’adaptation de territoires ou de groupes sociaux à une réalité socioéconomique changeante. Ce repositionnement du commerce de quartier est conceptualisé de manière idéaltypique, comme le passage d’une logique de bas prix, un positionnement prix s’appuyant sur une certaine captivité de la clientèle, vers un positionnement qualité misant sur un marketing plus intensif combinant spécialisation et montée en gamme. Ce glissement a notamment été favorisé par le développement de la grande distribution et par l’accroissement de la mobilité individuelle, deux facteurs contribuant à l’érosion de la clientèle de proximité.Dans les différents chapitres, ce repositionnement est mis en relation et nuancé au regard de la trajectoire socioprofessionnelle des entrepreneurs, de leur vision du marché, de l’évolution du quartier où ils tiennent boutique et des liens que les commerçants tissent et entretiennent les uns avec les autres, de même qu’avec les acteurs privés et publics qui gravitent autour d’eux (fonctionnaires municipaux, firmes de consultants, agents de développement économique). ===== ABSTRACT ===== This thesis examines the evolution of two retail districts located in socioeconomically changing inner-city neighbourhoods in Montréal: Hochelaga-Maisonneuve and Saint-Henri–Petite-Bourgogne. Long associated with decline and deprivation, these two former working-class areas have seen an influx of new stores in recent years – many of them specialty or upscale. Most of these are owned and operated by a new wave of urban entrepreneurs that has gathered significant media attention. Moving beyond the most widely used explanations of inner-city retail change –revitalization and commercial gentrification – the thesis aims to provide a broader understanding of that phenomenon, by looking at how wider economic, social and cultural trends are experienced and shaped at the local level through the business decisions and practices of small independent storeowners, still numerically dominant on most shopping streets and in municipal public markets. Based on a two-year field study involving semi-structured interviews with 50 small shopkeepers and a dozen of key actors of the Montreal retail market, statistics and various archival sources, the research follows an interpretative approach. It conceptualizes retail change as a repositioning of inner-city commercial activity, a term borrowed from the marketing literature that constitutes a more individualistic and reflexive alternative to that of "reconversion" which is often used in the Francophone literature to describe the process by which an individual or a group adapts to a changing social or economic environment. Analytical chapters shed a nuanced light on this repositioning process, by linking it to the socio-professional trajectories of both new and long-established storeowners, to the social and economic transformations of the neighbourhoods in which they operate, as well as to the interactions they have with a variety of other urban stakeholders (civil servants, consulting firms, economic development officers).

Type de document: Thèse Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Rose, Damaris
Co-directeurs de mémoire/thèse: Morin, Richard
Mots-clés libres: Commerce de détail; gentrification; quartiers centraux; rues commerçantes, marchés publics; positionnement, niche marketing; Retail; inner-city; shopping streets, public markets; positioning
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 22 janv. 2018 15:31
Dernière modification: 22 janv. 2018 15:31
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/6770

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice