Dépôt numérique
RECHERCHER

Déterminants de l'intensité des flux migratoires internes au Canada : quels sont les effets des revenus régionaux sur les flux migratoires des jeunes diplômés universitaires?

Delisle, Françoise (2007). Déterminants de l'intensité des flux migratoires internes au Canada : quels sont les effets des revenus régionaux sur les flux migratoires des jeunes diplômés universitaires? Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en démographie, 82 p.

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

L'évolution de la distribution géographique de la population canadienne découle en partie des migrations inter, mais aussi intraprovinciales. Le phénomène de la migration peut avoir des conséquences importantes au niveau de l'économie et de la démographie des régions, considérant le fait que la valeur marchande du capital humain croisse dans l'économie du savoir et que le bien-être augmente avec la richesse. Dans le cadre de réflexions sur le développement régional au Canada, l'enjeu évalué concerne les facteurs attractifs et répulsifs (au niveau des régions) des migrations inter et intra régionales de plus de 50km de jeunes diplômés et non-diplômés universitaires. Nous tentons de cerner ce qui détermine l'intensité des flux migratoires, sur des distances non-triviales, des personnes détenant un capital humain important. Nous croyons que les différences de revenus régionaux entre l'origine et la destination ont un effet sur l' intensité des flux migratoires, spécialement des diplômés universitaires. Nous. croyons également que les proportions de gradués à l' origine et en destination sont répulsifs et attractifs respectivement, encore une fois particulièrement pour les gradués. Nous testons également les effets frontières pouvant faire obstacle à la migration par causes de manque d'informations, avec le cas particulier du Québec qui diffère culturellement. Nous utilisons des données du recensement Canadien pour deux périodes quinquennales, soit 1991-1996 et 1996-2001 . Nous exploitons un modèle de gravité qui permet de contrôler pour la taille démographique des régions ainsi que pour la distance entre origine et destination. À l'aide du progiciel Stata, nous estimons nos régressions avec un modèle de Poisson ainsi qu'un binomial négatif (les flux origine-destination étant la variable dépendante). Traverser une frontière provinciale est effectivement répulsif et nous démontrons également que Je Québec est la province la moins attractive et la moins répulsive. Les gradués semblent être attirés par les salaires élevés des régions de destinations en rapport avec ceux d'origine plus que les non-gradués, et sont attirés par les régions où il y a déjà une proportion importante de gradués. Ceci laisse entendre que la migration des gradués participe à un processus cumulatif: ils seraient attirés par des régions développées plus qu'ils n'en génèreraient le développement. Le modèle a, en général, un pouvoir explicatif supérieur pour la période 1996-2001 (période de croissance forte) que pour la période de stagnation(relative) antérieure.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Zhu, Nong
Co-directeurs de mémoire/thèse: Shearmur, Richard
Mots-clés libres: Migration interne; Canada; modèle de gravité; effet revenu; effet frontière.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 23 déc. 2014 16:57
Dernière modification: 20 juill. 2015 12:04
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/66

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice