Dépôt numérique
RECHERCHER

Suivi de l’origine de la contamination fécale dans la grande région de Montréal

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Blais, Marc-André; Vazquez, Karla; Deschamps, Guy; Dorner, Sarah; Payment, Pierre; Villemur, Richard . Suivi de l’origine de la contamination fécale dans la grande région de Montréal In: 8e édition, Congrès Armand-Frappier 2013, 14-16 novembre 2013, Orford (Québec).

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (170kB) | Prévisualisation

Résumé

Comme pour plusieurs municipalités au Canada, l’infrastructure hydrique dans la Région métropolitaine de Montréal est vieillissante et dégradée. Les égouts sanitaires, qui sont normalement traités par des usines de traitement des eaux usées, peuvent s’écouler dans les égouts pluviaux se déversant directement dans les rivières avoisinantes et ainsi mener à la contamination des sources d’eau potable par des microorganismes pathogènes. Les animaux urbains tels que les ratons laveur qui trouvent refuge dans les égouts pluviaux peuvent également contribuer au problème de contamination fécale. Ce projet de recherche, effectué en partenariat avec l’école polytechnique de Montréal, est un suivi de la contamination fécale dans la Région métropolitaine de Montréal ayant pour but de guider les municipalités dans la réparation de leurs infrastructures hydriques. Plusieurs ruisseaux et bassins versants urbains ont été échantillonnés pendant l’été 2012. Les échantillons d’eau ont été filtrés et l’ADN a été extrait des filtres. Des marqueurs mitochondriaux et bactériens spécifiques à l’humain ont été amplifiés par la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour permettre la détection des échantillons positifs. Les marqueurs ont ensuite été quantifiés par PCR en temps réel pour les échantillons positifs. Des analyses de marqueurs chimiques (ex. : caféine) ont aussi été effectuées par le consortium de recherche. Les résultats des analyses par PCR ont démontré que les marqueurs spécifiques à l’humain sont détectés dans la plupart des sites échantillonnés, ce qui indique une contamination fécale d’origine humaine qui pourrait être expliquée par des égouts sanitaires endommagés. La quantification des marqueurs a démontré des niveaux variables de contamination fécale selon le site échantillonné, ce qui pourrait permettre aux municipalités de prioriser la réparation des égouts sanitaires les plus endommagés. Une étude de corrélation entre les marqueurs microbiologiques et les marqueurs chimiques va mener au développement d’un indice de contamination sanitaire. De nouveaux marqueurs de contamination fécale ciblant l’ADN mitochondrial de l’humain, de chien et de raton laveur ont aussi été développés et mis à l’essai au cours du projet.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Informations complémentaires: Présentation par affiche
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 05 janv. 2018 20:44
Dernière modification: 05 janv. 2018 20:44
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/6168

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice