Dépôt numérique
RECHERCHER

LE DIETHYLHEXYLPHTALATE (DEHP) ET SON MÉTABOLITE (mEHP): LEURS IMPACTS SUR L'ÉPITHÉLIUM DE LA GLANDE MAMMAIRE

Ferraris, Emanuelle (2016). LE DIETHYLHEXYLPHTALATE (DEHP) ET SON MÉTABOLITE (mEHP): LEURS IMPACTS SUR L'ÉPITHÉLIUM DE LA GLANDE MAMMAIRE Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en science, 122 p.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (225MB) | Prévisualisation

Résumé

Le diéthylhexylphtalate (DEHP) est un plastifiant largement utilisé dans les produits de consommation. Il ne forme pas de liens covalents avec sa matrice, faisant en sorte qu'il est graduellement relâché des produits et que nous y sommes exposés de façon chronique. Le DEHP est déjà reconnu comme un perturbateur endocrinien, mais les mécanismes impliqués dans sa toxicité sont peu compris à ce jour. L'objectif de cette étude était de déterminer les effets d'une exposition au DEHP et au monoéthylhexylphtalate (mEHP), son métabolite, sur la prolifération des cellules épithéliales mammaires et sur les marqueurs impliqués dans la cancérogenèse mammaire. Pour se faire, deux lignées cellulaires ont été utilisées: les cellules T-47D et hTERT-HME1, une lignée tumorigénique et non-tumorigénique. Ces cellules ont été exposées à des doses de DEHP et de mEHP entre 0,01 et 10 000nM pour 5-7 jours. Les résultats démontrent que des expositions à 10 000nM de DEHP et à 0,1nM de mEHP augmentent significativement la prolifération des cellules T-47D, sans affecter les cellules hTERT-HME1. Les protéines jonctionnelles n'ont pas été affectées par les phtalates tandis qu'une augmentation significative de l'expression protéique du récepteur à la progestérone (PR) a été mesurée, en plus de sa translocation nucléaire chez les cellules T-47D exposées à 10 000nM de DEHP. De plus, une exposition au mEHP cause une augmentation de l'expression de la vimentine chez les cellules hTERT-HME1. Bref, ces résultats suggèrent qu'une exposition au DEHP et au mEHP pourraient augmenter les risques de développer un cancer du sein, autant par l'augmentation de la prolifération cellulaire que par l'activation de PR. Le lien entre la translocation nucléaire de PR et l'augmentation de la prolifération cellulaire reste à être élucider.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Plante, Isabelle
Mots-clés libres: diéthylhexylphtalate (DEHP); monoéthylhexylphtalate (mEHP); perturbateurs endocriniens; glande mammaire; prolifération; jonctions; progestérone
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 juin 2017 19:18
Dernière modification: 16 juin 2017 19:18
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/5262

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice