Dépôt numérique
RECHERCHER

La vie sociale des œuvres d'art dans les espaces publics : études des cas montréalais

Vernet, Laurent (2016). La vie sociale des œuvres d'art dans les espaces publics : études des cas montréalais Thèse. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en études urbaines, 292 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (30MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette recherche exploratoire et inductive porte sur les publics des oeuvres d’art dans les espaces publics; des publics qui ont rarement été étudiés de manière empirique. Plus précisément, cette étude vise la description des modes d’interaction des publics avec les monuments et les oeuvres d’art public. Pour développer de nouvelles perspectives sur ces objets artistiques qui se trouvent dans des parcs, des places et des squares, l’auteur s’appuie sur la définition que fait la sociologie urbaine des espaces publics. Considérés non pas comme des espaces de discours mais comme des environnements concrets, ils sont des lieux de sociabilité publique, où des inconnus sont en situation d’interaction et entretiennent des liens ténus et éphémères. Inspirée par le documentaire de Wililam H. Whyte The Social Life of Small Urban Spaces, l’observation filmée est employée comme méthode de collecte de données, ce qui permet une analyse fine des interactions que les publics ont avec les oeuvres montréalaises ainsi documentées. À travers quatre études de cas est analysée la vie sociale de huit oeuvres qui sont installées dans les places publiques du Quartier international de Montréal, au square Saint-Louis, au parc du Mont-Royal et sur l’île Sainte-Hélène; des rassemblements uniques comme Occupons Montréal, le tam-tam et le Pikinc Électronik sont au passage abordés. Le point de vue sur la vie sociale des oeuvres dans les espaces publics se transforme au fil des études de cas : alors qu’il est d’abord question des usages que font les publics de ces objets d’art, l’analyse porte de plus en plus sur les interactions entre publics et oeuvres. À partir du registre des interactions entre inconnus formulé par Lyn H. Lofland, la discussion qui conclut cette thèse propose, au regard des résultats de cette enquête, cinq principes pour décrire les interactions entre publics et oeuvres, ce qui permet d’ouvrir une réflexion sur la portée de ces interactions dans notre expérience de la ville. ===== ABSTRACT ===== This exploratory, inductive research is focused on publics for artworks in public spaces – publics that have rarely been the subject of empirical study. More specifically, this study aims to describe the ways in which publics interact with monuments and works of public art. To develop new perspectives on these art objects that are found in parks and squares, the author adopts the definition of public spaces used in urban sociology. In this definition, public spaces are seen not as spaces of discourse but as concrete environments, sites of public sociability in which strangers are in a situation of interaction and maintain tenuous, ephemeral links. Following the method used by William H. Whyte in his documentary The Social Life of Small Urban Spaces, filmed observation was employed for data collection, making it possible to undertake a detailed analysis of the interactions documented between publics and the chosen Montréal artworks. Through four case studies, the social life of eight artworks installed in the public squares of the Quartier international de Montréal, Saint-Louis Square, Mount Royal Park, and St. Helen’s Island is analyzed; unique gatherings such as Occupons Montréal, the tam-tam, and the Piknic Électronik are also addressed. The point of view on the social life of artworks in public spaces is transformed as the case studies proceed: at first, the focus is on the uses made by publics of these art objects, but the analysis shifts gradually to interactions between publics and artworks. Using as a basis the register of interactions among strangers formulated by Lyn H. Lofland, the discussion that concludes the dissertation proposes, given the results of the research, five principles to describe interactions between publics and artwork, thus opening to a reflection on the effect of these interactions on our experience of the city.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Germain, Annick
Co-directeurs de mémoire/thèse: Bélanger, Hélène
Mots-clés libres: oeuvres d’art; espaces publics; sociabilité publique; publics; Montréal; artworks; public spaces; public sociability; publics;
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 17 mars 2017 19:01
Dernière modification: 17 mars 2017 19:01
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/5106

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice