Dépôt numérique
RECHERCHER

Les obstacles à l'actualisation des banlieues d'après-guerre dans la région métropolitaine de Montréal : le cas de Laval-des-Rapides et Pont-Viau

Descôteaux Fréchette, Samuel (2016). Les obstacles à l'actualisation des banlieues d'après-guerre dans la région métropolitaine de Montréal : le cas de Laval-des-Rapides et Pont-Viau Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 169 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (32MB) | Prévisualisation

Résumé

Les banlieues d’après-guerre de la région métropolitaine de Montréal sont des territoires complexes, tant du point de vue morphologique que démographique et leurs populations sont changeantes. Ces banlieues aux profils variés ne sont donc plus les milieux de vie homogènes de classe moyenne blanche qu’elles ont pu être pendant quelques années au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Elles seront par ailleurs le théâtre de grands changements sociaux, économiques et environnementaux dans les prochaines décennies. Bien qu’elles ne soient pas caractérisées par le déclin démographique comme le sont d’autres banlieues nord-américaines d’après-guerre, certaines d’entre elles sont touchées par de nombreux enjeux liés au vieillissement démographique, à la dévitalisation des espaces commerciaux de proximité et à une forme urbaine mésadaptée aux lignes directrices du développement durable. Elles s’inscrivent peu ou pas dans un processus d’actualisation, défini comme étant l’adaptation d’un type d’espace aménagé afin de répondre aux transformations sociales, économiques et environnementales contemporaines et futures. L’actualisation s’effectue par le biais de multiples interventions et pratiques regroupées sous trois types d’approches, soit la densification (douce, forte), la diversification (fonctionnelle, typologique, modale) et l’adaptation (technologique, culturelle, démographique). Qu’elles soient isolées ou en synergie, ces interventions et pratiques transforment le territoire pour répondre à des besoins et des contextes changeants. Ce mémoire vise à mettre en lumière les obstacles politiques et sociaux qui empêchent à ces zones de s’actualiser, et donc de se réinventer. Les résultats ont été obtenus par le biais d’une méthodologie qualitative basée sur une recherche documentaire et des entretiens semi-dirigés auprès de membres du personnel municipal de Laval et de citoyen(ne)s résidant à Laval-des-Rapides et à Pont-Viau. Ils témoignent d’une inadéquation entre les perceptions des autorités municipales quant à l’actualisation (planification urbanistique, exercices d’information, de consultation et de concertation, mécanismes de répartition des externalités) et celles des citoyen(ne)s. D’abord, les résultats mettent l’accent sur le caractère prioritaire d’une refonte réglementaire qui tienne compte de la présence marquée dans le paysage suburbain de pratiques informelles qui sont jugées non conformes par les autorités et qui concernent autant le cadre bâti que les activités y ayant lieu. Ensuite, ils soulignent l’importance d’un changement de paradigme dans les milieux municipaux pour reconsidérer la place de l’information à la population comme vecteur d’appropriation de l’actualisation, de la concertation comme exercice de coconstruction et de la distribution des externalités positives de l’actualisation comme reconnaissance des intérêts individuels des citoyen(ne)s, en conformité avec les intérêts collectifs. Ces résultats démontrent qu’une réévaluation du rapport entre les citoyen(ne)s et les autorités municipales est non seulement nécessaire, mais s’inscrit dans une réflexion plus large sur l’équilibre de l’apport du privé et du public dans l’aménagement et le réaménagement des espaces urbanisés. ===== ABSTRACT ===== Postwar suburbs in the Montréal metropolitan area are complex territories, both morphologically and demographically, and their populations are changing. These suburbs are no longer homogeneous living environments of white middle class populations like they had been in the few years succeeding the Second World War. They will be the scenes of major social, economic and environmental changes in the coming decades. Although they don’t appear to be characterized by demographic decline, as are some other postwar suburbs in North America, they are instead affected by many issues related to an aging population and a decline in both the economic vitality of commercial spaces, and progress towards developing sustainably. Very few of them are characterized by proactive retrofitting, a process defined as the adaptation of a type of space to meet contemporary and future social, economic and environmental changes. Proactive retrofitting is carried out through multiple interventions and practices grouped under three types or approaches, which are densification (soft, hard) diversification (functional, typological, modal) and adaptation (technological, cultural, demographic). Whether isolated or in synergy, these interventions and practices transform the territory to meet changing needs and contexts. This is why it is important to understand what the political and social barriers are to these areas so they can reinvent themselves. The results, obtained through a qualitative methodology based on documentary research and semi-directed interviews with staff members of the Ville de Laval and citizens of Laval-des-Rapides and Pont-Viau, demonstrate an inadequacy between the perceptions of the municipal authorities regarding proactive retrofitting (urban planning, information and consultation exercises, mechanisms for distribution of externalities) and those of the citizens. Firstly, the results emphasize the importance of a regulatory overhaul that considers the strong presence of informal practices in the suburban landscape that are judged non-compliant by the authorities, and concern both the built environment and the activities taking place in it. Secondly, they stress the importance of a paradigm shift in municipal circles that reconsiders the place of information transmitted to the population as a vector of appropriation of retrofitting, consultation as an exercise of co-construction, and distribution of positive externalities of retrofitting as recognition of the individual interests of citizens, in accordance with the collective ones. These results demonstrate that a reassessment of the relationship between citizens and municipal authorities is not only necessary, but is part of a broader reflection of the balance of private and public input in the development and redevelopment of urbanized areas.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Poitras, Claire
Mots-clés libres: actualisation; consolidation; densification; diversification; banlieue; suburbain; obstacles; politiques; réglementaires; sociaux; proactive; retrofitting; densification; diversification; suburbia; suburb; obstacles; barriers; political; social;
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 01 mars 2017 20:23
Dernière modification: 01 mars 2017 20:23
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/5045

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice