Dépôt numérique
RECHERCHER

MISE AU POINT D'UNE MÉTHODE DE MESURE DE LA PROLIFÉRATION DES HÉPATOCYTES DE RAT EN CULTURE ET ÉVALUATION DU POTENTIEL MITOGÈNE DE L'HCB ET DE CERTAINES COMPOSANTES STÉROÏDIENNES

Bégin, Isabelle (1998). MISE AU POINT D'UNE MÉTHODE DE MESURE DE LA PROLIFÉRATION DES HÉPATOCYTES DE RAT EN CULTURE ET ÉVALUATION DU POTENTIEL MITOGÈNE DE L'HCB ET DE CERTAINES COMPOSANTES STÉROÏDIENNES Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en science, 111 p.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (60MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

La littérature relate un nombre croissant de facteurs environnementaux susceptibles d'augmenter l'incidence du cancer chez l'humain. Une classe importante de contaminants environnementaux est celle des organochlorés. L'hexachlorobenzène (HCB) en est un membre important quant à l'exposition humaine. L'HCB a un effet hépatocancérogène chez le rat et cet effet est plus grand chez la femelle que chez le mâle (Lambert et al., 1983; Smith et Cabral, 1980; Smith et al., 1985). L 'HCB est un cancérogène de type épigénétique. Un aspect mécanistique important par lequel les cancérogènes épigénétiques agissent est par l'augmentation de la prolifération cellulaire. La connaissance du mécanisme d'action de l'HCB permettrait d'évaluer le risque d'exposition chez l'humain.

L'objectif des présents travaux est de déterminer si l'HCB induit la prolifération des hépatocytes en culture et de déterminer si l'EGF ou certaines composantes stéroïdiennes sont impliqués dans l'induction de l'effet hépatocancérogène de l'HCB. Pour répondre à cet objectif deux sous-objectifs techniques ont été accomplis. Tout d'abord, nous nous sommes assurés de la viabilité et de la reproductibilité de la préparation d 'hépatocytes isolés chez les rats femelles. Deuxièmement, nous avons mis au point une méthode de mesure non-radioactive de la prolifération cellulaire dans une culture primaire d'hépatocytes cultivés en monocouche.

L'utilisation d'une méthode d'enrichissement de la préparation d'hépatocytes par une centrifugation dans un milieu percoll à une densité de 1,06 g/ml a permis d'obtenir une préparation d'hépatocytes avec une viabilité moyenne de 92% comparativement à 77 % pour les hépatocytes non enrichis. Contrairement aux hépatocytes non enrichis, les èellules parenchymateuses viables enrichies au percoll ne présentent pas de cytotoxicité lorsque soumises à des concentrations d'HCB variant de 10 à 100 J.LM.

Une nouvelle méthode de mesure de la prolifération des hépatocytes primaires cultivés en monocouche a été mise au point. Cette méthode est basée sur l'incorporation de la bromodéoxyuridine (BrdU) par les cellules en phase S, c'est-à-dire qui synthétisent de l'ADN. Le nombre de cellules marquées est évalué par une méthode ELISA réalisée directement dans les plaques multi-puits où s'est fait la culture des cellules; l'intensité de l'absorbance est proportionnelle au nombre de molécules de BrdU réagissant avec l'anticorps primaire. La méthode ELISA-BrdU a permis de détecter une prolifération cellulaire significativement (p<0.05) différente entre les hépatocytes témoins, ceux traités avec 10 ng/ml d'EGF et ceux traités avec 20 ng/ml d'EGF. La méthode d'incorporation de CHJ-thyrnidine (quantifiée par scintillation) ne réussi pas a détecter de différence significative (p>0.05) dans l'induction de la prolifération des hépatocytes soumis à 10 ng/ml comparativement à 20 ng/ml d'EGF.

Les hépatocytes primaires de rat femelle en monocouche traités avec 50 J.LM d'HCB, en présence ou en absence d'EGF ou de 17B-estradiol, ont un taux de prolifération des cellules parenchymateuses cultivées dans le milieu Williams'E comparable à celui des témoins. Cependant, des travaux complémentaires ont montré que l'HCB induit une augmentation de la prolifération des hépatocytes de rat mâle, cultivés dans le milieu Leibovitz L-15. De plus, l'effet prolifératif induit par 1 nM d'estrone est inhibé par 50 J.LM d'HCB. Les expériences ont démontré que 1 nM d'éthiocholanolone ou 1 nM de 5B-androstanedione produit respectivement une augmentation de 256 et 265% de la prolifération des hépatocytes par rapport au groupe témoin. L'addition de 50J.LM d'HCB n'amène aucune différence significative (p>0.05) sur le pouvoir mitogène de ces deux stéroïdes sur les hépatocytes en culture.

Les résultats de ces travaux nous incitent à émettre l'hypothèse que l'HCB induit son effet hépatocancérogène chez le rat femelle en induisant une accumulation de certains fi-androgènes, dont 1' androstanedione et 1' éthiocholanolone lesquels pourraient à leur tour causer une augmentation de la prolifération cellulaire. Cette augmentation indirecte de la prolifération cellulaire pourrait favoriser le développement de 1 'hépatocancérogenèse chez le rat femelle. Enfin, l'HCB possède un effet rnitogène sur les hépatocytes primaires en monocouche qui est dépendant du type de milieu de culture employé. Les observations effectuées dans ce mémoire suggèrent qu'une action directe ou indirecte (modulation des stéroïdes) de l'HCB exerce un effet mitogène au niveau des hépatocytes. L'effet mitogène pourrait donc servir à l'évaluation du risque cancérogène induit par l'HCB.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Charbonneau, Michel
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 27 mars 2017 15:52
Dernière modification: 27 mars 2017 15:52
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4918

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice