Dépôt numérique
RECHERCHER

PARAMÈTRES GÉNÉTIQUES, MOLÉCULAIRES ET CELLULAIRES IMPLIQUÉS DANS LA VACCINATION CONTRE L'INFECTION PAR LE CORONAVIRUS MURIN NEUROTROPE.

Yu, Mathilde (1999). PARAMÈTRES GÉNÉTIQUES, MOLÉCULAIRES ET CELLULAIRES IMPLIQUÉS DANS LA VACCINATION CONTRE L'INFECTION PAR LE CORONAVIRUS MURIN NEUROTROPE. Thèse. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en virologie et immunologie, 192 p.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (82MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Dans le but de caractériser les mécanismes impliqués dans les réponses immunitaires protectrices induites par des anticorps anti-idiotypiques nonimage interne, nous avons analysé au niveau humoral, cellulaire et moléculaire, la réponse immunitaire induite par un Ac2y polyclonal. Connaissant sa capacité de générer une protection contre l'infection aiguë chez des souris BALB/c, nous avons déterminé l'influence du complexe majeur d'histocompatibilité dans le contrôle de la réponse des souris consanguines et congéniques d'haplotypes H-2 différents immunisées avec cet anticorps. Parmi les huit lignées de souris d'haplotypes H-2d, H-2Q, H-2k et H-2b testées, seulement celles de trois souches consanguines d'haplotypes H-2d et H-2q ont été protégées contre l'infection coronavirale en plus des souris BALB/c. La vérification du rôle du complexe H-2 dans la protection, effectuée à l'aide de souris congéniques, nous a révélé que le ou les gènes impliqués dans la protection contre l'infection létale semblent être localisés à l'extérieur du complexe majeur d'histocompatibilité, mais que les haplotypes d et q, lorsque présents dans un fond génétique de souris approprié, peuvent potentialiser l'induction de la réponse immunitaire protectrice.

Suite à la vaccination, les souris protégées ont développé des Ac3 neutralisant l'infectivité virale in vitro. Après le transfert passif du plasma de souris immunisées avec I'Ac2y à des souris non sensibilisées, un retard dans la mortalité a été observé. La combinaison de ces deux résultats montre l'implication des anticorps neutralisants comme un des mécanismes participant à la protection contre l'infection aiguë. Les mécanismes tels que I'ADCC et I'ADCMC ne semblent pas être impliqués dans la protection contre le coronavirus, malgré le fait que leur importance dans d'autres infections virales ait été décrite. Aucune protection n'a été observée chez les souris qui ont reçu les splénocytes de souris préalablement immunisées avec I'Ac21. Ces splénocytes ne joueraient donc pas un rôle direct dans la protection. Cependant, la prolifération des lymphocytes T in vitro en présence du virus et de I'Ac21, permet de croire à une fonction auxiliaire dans l'induction de la réponse immunitaire protectrice.

Afin de mieux identifier les éléments responsables de la réponse immunitaire protectrice, nous avons aussi produit des AcMo anti-idiotypiques contre I'AcMo 7-10A qui a généré I'Ac2y protecteur. Plusieurs AcMo2y ont été obtenus. Malheureusement, aucun ne possédait la propriété biologique de protection équivalente à I'Ac21. En parallèle, d'autres anticorps antiidiotypiques polyclonaux et monoclonaux ont été produits contre trois autres AcMo possédant des propriétés biologiques importantes telles que la neutralisation virale in vitro et la protection passive. Ainsi, un deuxième anticorps anti-idiotypique polyclonal non-image interne capable de protéger partiellement des souris BALB/c a été généré. Cependant, cet Ac2 de type a a généré un niveau de protection plus faible que I'Ac2y de sorte que son mécanisme d'action était plus difficile à analyser. Malgré cet inconvénient, la production d'un autre Ac2 non-image interne a permis de confirmer leur capacité à induire une réponse immunitaire protectrice.

Finalement, l'utilisation de banques de phages exprimant des peptides aléatoires à leur surface, a permis de localiser et de caractériser certains épitopes protecteurs reconnus par les AcMo ayant généré les anticorps antiidiotypiques protégeant les souris contre l'infection coronavirale létale. Des séquences consensus ont été obtenues, autant avec les AcMo reconnaissant des épitopes continus que discontinus. Certaines séquences consensus identifiées correspondaient à des séquences protéiques de la glycoprotéine de surface S. Une séquence peptidique sélectionnée par un AcMo anticoronavirus, suggère que cet AcMo reconnaît un épitope discontinu localisé dans la région N-terminale de la sous-unité S1. De plus, un peptide porté par un phage sélectionné par un AcMo reconnaissant un épitope linéaire a été capable d'induire une réponse protectrice contre l'infection coronavirale, en utilisant directement le phage comme molécule porteuse. La présence d'anticorps reconnaissant la même région antigénique que I'AcMo chez les souris vaccinées est en corrélation avec la protection observée. Des anticorps non-neutralisants semblent jouer un rôle prépondérant dans cette réponse protectrice.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Talbot, Pierre
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 28 mars 2017 19:12
Dernière modification: 28 mars 2017 19:12
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4888

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice