Dépôt numérique
RECHERCHER

QUANTIFICATION PAR PCR QUANTITATIF COMPÉTITIF ET DÉTECTION PAR HYBRIDATION IN SITU DU ChfuGV CHEZ LES LARVES DE CHORISTONEURA FUMIFERANA (LEPIDOPTERA:TORTRICIDAE)

Vincent, Patrick (2000). QUANTIFICATION PAR PCR QUANTITATIF COMPÉTITIF ET DÉTECTION PAR HYBRIDATION IN SITU DU ChfuGV CHEZ LES LARVES DE CHORISTONEURA FUMIFERANA (LEPIDOPTERA:TORTRICIDAE) Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 131 p.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (46MB) | Prévisualisation

Résumé

La tordeuse des bourgeons de l'épinette (Choristoneura fumiferana) est le plus grand défoliateur des forêts boréales du Québec. Cet insecte, qui est caractérisé par des invasions importantes des populations, engendre des pertes économiques considérables dans le domaine de la foresterie. Le granulovirus retrouvé chez la tordeuse (ChfuGV) semble être un agent de lutte biologique intéressant puisqu'il provoque, au laboratoire, la mort de l'insecte sur une période d'environ dix jours. Afin de définir les caractéristiques contribuant à l'efficacité du granulovirus comme agent de lutte biologique, la détermination de la charge virale chez les insectes infectés et l'identification des tissus cibles pour la réplication du ChfuGV ont fait l'objet de cette étude. Par l'entremise de PCR quantitatif compétitif et de gels de polyacrylamide, la quantité de copies du génome du ChfuGV et la quantité de granuline ont pu respectivement être déterminés chez les larves infectées par le virus. Des hybridations moléculaires effectuées sur des coupes minces d'insectes infectés ont permis d'identifier les tissus ciblés par le ChfuGV lors de sa réplication. Les analyses quantitatives par PCR compétitif ont permis de mettre en évidence une augmentation constante du ChfuGV jusqu'au septième jour suivant l'infection. Par la suite, la quantité de copies du génome viral semble diminuer. D'autre part, une augmentation constante de la granuline, protéine majeure du virus, a été observée suite à l'analyse par gel de polyacrylamide. Les hybridations ont démontré la présence du génome viral dans les cellules intestinales, adipeuses et hypodermales des insectes infectés par le virus. La méthode d'hybridation in situ a permis de caractériser le ChfuGV comme étant un granulovirus provoquant un syndrome de type II chez son hôte. Ce syndrome se caractérise par la réplication du ChfuGV dans le noyau des cellules intestinales, des cellules adipeuses et des cellules hypodermiques chez C. fumiferana. La mise au point d'une méthode de quantification virale par PCR est un outil intéressant qui pourra éventuellement être utilisé lors de la production du ChfuGV à grande échelle. Elle permet de déterminer la durée d'incubation des insectes infectés avant de récolter le virus.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Guertin, Claude
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 28 mars 2017 19:51
Dernière modification: 28 mars 2017 19:51
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4868

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice