Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude de la répartition subcellulaire des éléments du groupe platine et des terres rares chez l’algue verte Chlamydomonas reinhardtii.

Racine, Kim (2016). Étude de la répartition subcellulaire des éléments du groupe platine et des terres rares chez l’algue verte Chlamydomonas reinhardtii. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 91 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Les éléments du groupe platine et les terres rares sont des éléments très convoités, ce qui est susceptible d’augmenter leur présence dans les eaux de surface et le risque d’accumulation chez les organismes aquatiques. Cette étude a permis de mieux comprendre l’accumulation et la toxicité de ces éléments peu connus chez les organismes aquatiques. L’objectif spécifique était d’examiner la gestion intracellulaire de quatre éléments (Pd, Pt, La, Eu) chez une algue verte (C. reinhardtii) grâce au fractionnement subcellulaire par centrifugation différentielle. Elle visait aussi à déterminer l’influence que le pH et le temps d’exposition peuvent avoir sur la distribution subcellulaire. Suite aux expositions ([M] < 200 nM) dans un milieu sans phosphate, afin d’éviter la précipitation des terres rares, les quantités de terres rares dans différentes fractions – granules, organites, débris, HSP (heat stable peptides) et HDP (heat denatured proteins) – ont été déterminées après analyse par ICP-MS. La somme des quantités de métaux dans ces fractions a ensuite été comparée avec celles observées sur des cellules entières afin d’établir un bilan de masse. Les expositions aux pH 6, 7 et 8 ont donné des résultats similaires. Une proportion importante de Pd et de Pt (éléments « mous ») a été observée dans la fraction organites (dite sensible). Les éléments La et Eu (éléments « durs ») se sont retrouvés davantage dans la partie granules (dite détoxiquée). Les expériences avec un temps différent (t = 1 h ou 14 h) ont montré les mêmes résultats. Cela suggère que la distribution des éléments dans les différentes fractions de la cellule atteint un état stationnaire assez rapidement. Finalement, la distribution relative obtenue parmi les différentes parties suggère un potentiel relativement élevé pour le transfert trophique de Pd et Pt par rapport au transfert de La et Eu.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Fortin, Claude
Co-directeurs de mémoire/thèse: Campbell, Peter G.C.
Mots-clés libres: algue unicellulaire; Chlamydomonas reinhardtii; lanthane; europium; palladium; platine; pH; répartition subcellulaire; toxicité;
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 21 sept. 2016 21:18
Dernière modification: 21 sept. 2016 21:19
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4636

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice