Dépôt numérique
RECHERCHER

Support nutritionnel et grands brûlés : étude sur l'importance de la glutamine au niveau des fonctions immunitaires.

Champoux, Julie (2001). Support nutritionnel et grands brûlés : étude sur l'importance de la glutamine au niveau des fonctions immunitaires. Mémoire. Québec, Université du Québec. Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 109 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

Malgré le progrès dans la prévention, les brûlures graves continuent de représenter une menace majeure pour la santé et le bien-être des gens à travers le monde entier et ce, dans tous les groupes d'âge. En dépit des interventions chirurgicales et des thérapies antibiotiques agressives, les complications dues à des infections sont une cause majeure de mortalité chez les grands brûlés, comptant pour approximativement 75% de tous les décès survenant après 1' administration des premiers soins. La brûlure est caractérisée par des désordres métaboliques et hormonaux importants, par une réponse inflammatoire systémique et une immunosuppression qui augmente la susceptibilité aux infections, non pas seulement par les pathogènes communs, mais aussi par des organismes qui ne sont normalement pas dangereux pour des hôtes en bonne santé.

Dans les dernières décennies, il a été démontré qu'un support nutritionnel adéquat pouvait grandement améliorer la condition des patients brûlés. L'effet de différentes proportions et types de lipides dans la diète a été étudié. Les suppléments de certains acides aminés considérés favorables pour le système immunitaire, dont la glutamine, ont aussi fait l'objet d'études. La glutamine est l'acide aminé le plus abondant dans le plasma des mammifères et elle est transportée et métabolisée activement dans presque tous les tissus. La glutamine joue plusieurs rôles importants au niveau métabolique, mais en plus, elle est une source d'énergie impliquée dans les phénomènes entourant la réponse immunitaire.

Les effets d'une diète enrichie en glutamine, administrée par voie entérale, chez des grands brûlés ont donc fait l'objet de ce mémoire. Les résultats attendus étaient une augmentation de l'activité phagocytaire des neutrophiles et une amélioration dans les sous-populations de leucocytes. Ces améliorations auraient donc engendré une diminution de la durée des soins, du taux de mortalité et de morbidité. Cette étude à été réalisée en double aveugle avec une cohorte de 38 patients. Des prélèvements sanguins ont été effectués aux jours 4, 7, 14, 21 et 28 du protocole. À partir des leucocytes sanguins, des tests fonctionnels ont été effectués pour évaluer certains paramètres de la réponse immunitaire, comme la phagocytose, la flambée oxydative, le potentiel mitochondrial et les thiols. Les populations de leucocytes, par l'expression de récepteurs membranaires spécifiques, ont été étudiés. Tous les tests ont été réalisés par cytométrie de flux. Les résultats obtenus au jour 28 du protocole ont été exclus pour effectuer les analyses statistiques à cause de trop de données manquantes. Les résultats ont démontré des effets positifs de la glutamine, majoritairement au niveau de l'augmentation de sous-populations de cellules T qui jouent des rôles majeurs dans la réponse immunitaire spécifique. L'intensité de la phagocytose des granulocytes et des monocytes a été significativement plus basse au niveau du groupe recevant la glutamine. Il y a également deux populations de cellules exprimant les récepteurs membranaires, le CD16b (P = 0.05) et le CD Il b (P = 0.05), qui se sont retrouvées en plus bas nombre dans le groupe recevant la glutamine. Par contre, le nombre de cellules exprimant soit le CD19, le CD3, le CD4 ou le CDS, parmi la sous-population de lymphocytes, s'est retrouvé significativement plus élevé chez les patients recevant la glutamine.

Donc, contrairement aux idées véhiculées, la glutamine ne semble pas augmenter les fonctions des phagocytes ou diminuer la durée des soins. Une chose certaine, c'est que la glutamine rétablit partiellement plusieurs sous-population de lymphocytes. Elle diminue aussi le taux de mortalité et le taux d'infections sanguines par un facteur de trois. Les hypothèses sont que la glutamine contribuerait à diminuer le stres oxydatif et l'apoptose des lymphocyte, améliorant ainsi la collaboration entre les sous-population de lymphocytes et par le fait même l'efficacité de la réponse immunitaire spécifique .

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Bernier, Jacques
Co-directeurs de mémoire/thèse: Garrel, Dominique (Centre des grands brûlés, Hôtel-Dieu de Montréal)
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 28 sept. 2016 15:29
Dernière modification: 28 sept. 2016 15:29
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4500

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice