Dépôt numérique
RECHERCHER

Le rôle de la communication intercellulaire dans la formation de tumeurs hépatiques induites par l'hexachlorobenzène chez le rat.

Plante, Isabelle (2001). Le rôle de la communication intercellulaire dans la formation de tumeurs hépatiques induites par l'hexachlorobenzène chez le rat. Thèse. Québec, Université du Québec. Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 150 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

L'hexachlorobenzène (HCB) est un carcinogène épigénétique très répandu dans l'environnement de par son utilisation massive au cours des années passées, sa formation lors de synthèses industrielles et sa grande bio-accumulation. La présence de l'HCB a été démontrée dans les tissus humains et animaux. Lorsque des rats sont exposés à l'HCB, les femelles développent des cancers de façon beaucoup plus importante que les mâles. L'HCB cause une promotion de la formation de tumeurs suite à l'administration d'un initiateur de tumeurs.

Plusieurs polluants épigénétiques induisent la formation de cancers en modulant la communication intercellulaire, plus particulièrement au niveau des jonctions lacunaires, libérant ainsi les cellules initiées du contrôle des autres cellules.

L'objectif des travaux de ce mémoire était de caractériser la prédisposition des femelles au développement de tumeurs hépatiques induites par l'HCB. Selon notre hypothèse de recherche, l 'HCB exercerait son action en modulant l'expression des connexines (protéines formant les jonctions lacunaires) dans le foie des rats femelles, ce qui amènerait une baisse de la communication entre les cellules et favoriserait le développement de tumeurs cancéreuses.

Des rats, mâles et femelles, ont été exposés à l'HCB durant cinq jours consécutifs et leur foie fut prélevé au jour 50 afin d'évaluer l'effet de l'HCB sur les jonctions lacunaires. Des analyses de type Northern ont permis de démontrer une baisse des ARNm codant pour Cx26 et Cx32 uniquement chez les femelles. Par la suite, des analyses Western ont confirmé ces diminutions au niveau protéique. Ces modulations amènent une inhibition de la communication intercellulaire via les jonctions lacunaires, telle qu'observée au jour 100 par la technique «d'incision-loading/dye-transfer».

Les résultats expérimentaux ont aussi démontré qu'il existe un dimorphisme sexuel au niveau des Cxs dans le foie de rat. Les mâles ont plus de Cx32 que les femelles, mais ils ont cependant moins de Cx26. Pour étudier la régulation de l'expression menant à ce dimorphisme, des rats femelles ont été ovariectomisées (OV) et la moitié d'entre elles ont reçu un implant afin de maintenir un niveau physiologique d'estradiol Des analyses Northen sur les foies prélevés 10 jours après l'opération ont démontré une modulation ovarienne chez la femelle, qui augmente le niveau d' ARNm de Cx26, mais abaisse le niveau de Cx32 par rapport aux femelles OV. De plus, l'estradiol joue un rôle partiel de rétro-inhibition dans la régulation de l'expression de la Cx32, mais il n'a aucun effet sur les niveaux d' ARNm de Cx26.

Afin de vérifier si ces modulations étaient responsables de la prédisposition des femelles à la formation de tumeurs hépatiques, des femelles intactes et des femelles OV ont été traitées à l'HCB et comparées à des rats non-traitées du même état, soit normal ou OV. Ces résultats ont permis de démontrer que les femelles OV traitées à l'HCB démontrent, au jour 45, une baisse des ARNm codant pour Cx26 et Cx32 encore plus importante que la baisse causée par le traitement chez les femelles intactes. De plus, même si la modulation ovarienne de la Cx26 semble persistante entre les jours 10 et 45, celle de la Cx32 n'est plus significative.

Nos résultats suggèrent que l'HCB exercerait une action pro-cancérogénique de type épigénétique en modulant la communication intercellulaire via les jonctions lacunaires. Pour ce faire, il diminue l'expression et la quantité de Cxs présentes au niveau du foie. L'inhibition de la communication entre les hépatocytes résultant de la baisse de Cxs semble être responsable de la prédisposition des femelles au développement de tumeurs hépatiques. Cependant, en dépit d'un dimorphisme dans le niveau de base des Cxs, la baisse causée par l'HCB semble dépendre d'un mécanisme hépatique non influencé par les ovaires, tel que démontré par l'effet de l'HCB chez la femelle OV. Les présents travaux ouvrent la voie à l'hypothèse d'un mécanisme de knock-out chimique de la Cx32 à la base de l'action épigénétique de l'HCB.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Charbonneau, Michel
Co-directeurs de mémoire/thèse: Cyr, Daniel G.
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 28 sept. 2016 18:30
Dernière modification: 12 oct. 2016 18:54
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4481

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice