Dépôt numérique
RECHERCHER

Effets des effluents municipaux de l'île de Montréal sur la fonction immunitaire du queue à tache noire (notropis hudsonius) (in situ) et de la truite arc-en-ciel (oncorhynshus mykiss) (en laboratoire)

Escarné, Régina (2001). Effets des effluents municipaux de l'île de Montréal sur la fonction immunitaire du queue à tache noire (notropis hudsonius) (in situ) et de la truite arc-en-ciel (oncorhynshus mykiss) (en laboratoire) Mémoire. Québec, Université du Québec. Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 92 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

Les effluents municipaux de l'Île de Montréal sont acheminés à l'est de l'île jusqu'à l'usine de traitement des eaux usées, puis déversés dans le Fleuve St-Laurent à l'Îles aux Vaches. Toutefois; même après traitement, ces effluents contiennent des contaminants pouvant exercer un effet sur la compétence immunitaire des poissons. Ceci est d'autant plus grâve en temps de pluie où 25% des effluents sont déversés dans le fleuve sans traitement.

Le but de l'étude consiste à déterminer si des poissons recueillis en aval de la source présentent des altérations dans leur réactivité immunitaire. Nous avons donc tenté de déterminer in situ 1 'effet de tels contaminants sur la réponse immunitaire du Queue à Tache Noire (Notropis hudsonius}, un méné fourrageur présent dans des sites en amont et en aval du site de déchargement en question, soit aux Îles de la Paix (site de référence, environ 90 km en amont du site de déchargement), à l'Île de Dorval (environ 70 km en amont du site de déchargement, aux Îles de Boucherville ( 4 km en amont du site de déchargement), à l'Ilêt Vert (4 km en aval) et à l'Île St-Ours (40 km en aval). Les poissons ont été capturés par seinage à ces différents sites. Le rein a été prélevé et la réactivité immunitaire a été déterminée par le test de phagocytose. Nous avons, par la suite, déterminé de manière plus contrôlée en laboratoire, en utilisant un système fermé in vitro, l'effet de l'exposition à des échantillons de ces effluents à court et à long terme sur la réactivité immunitaire de la Truite Arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss}, un poisson dont le système immunitaire est bien connu. Pour ce faire, nous avons établi quatre groupes de 30 poissons que nous avons exposés à des dilutions d'effluents de 0.001/30, 0.01/30, 0.1/30, 1/30, et un groupe témoin non exposé, pour une période de temps de 15 et 45 jours. La réactivité immunitaire a été déterminée chez 15 poissons de chaque groupe par des tests de phagocytose et de transformation lymphoblastique. Le restant des poissons a été exposé à Aeromonas sa/monicida afin de détecter la susceptibilité d'infection causée par la bactérie.

Les résultats montrent une augmentation de l'activité phagocytaire chez les Queues à Tache Noire capturés à 40 km en aval du site de décharge. Toutefois, les poissons vivant juste en face du site de déversement ne présentent aucune augmentation significative d'activité phagocytaire. Ce phénomène est également constasté lors des expériences de laboratoire effectuées à court terme chez les truites exposées aux dilutions de 0.001/30 et de 0.01/30 d'effluents municipaux, représentant les concentrations des effluents présents aux environs de l'Île St-Ours. Le nombre de lymphocytes augmente en préserwe de Con A chez les poissons exposés aux fortes concentrations, alors qu'il diminue en présence de PHA, et ce pour toutes les dilutions, suggérant qu'en présence de contaminants les cellules immatures sont rapidement sujettes à une immunosuppression. À long terme, il semble que l'activité phagocytaire diminue chez les poissons exposés aux faibles concentrations, mais augmente chez ceux exposés aux fortes concentrations. En outre, le nombre de lymphocytes stimulés avec le PWM baisse chez les Truites exposées à la dilution de 1/30. Par ailleurs, dans le groupe témoin se montre le plus sensible face à l'infection à Aeromonas salmonicida, démontrant ainsi une corrélation de type inverse, soit un accroîssement de la résistance bactérienne avec l'augmentation des cocentrations d'effluent. Ceci peut être expliqué par la stimulation de la réactivité immunitaire par certains contaminants présents dans les effluents ou par la charge bactérienne de ces mêmes effluents.

Pour conclure, cette étude est la première, à notre connaissance, à démontrer l'effet immunomodulateur des différentes concentrations d'effluents municipaux de l'Île de Montréal et ce aussi bien in situ avec des poissons sauvages qu'en laboratoire avec des poissons d'élevage.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Fournier, Michel
Co-directeurs de mémoire/thèse: Cyr, Daniel G.
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 28 sept. 2016 18:41
Dernière modification: 12 oct. 2016 18:53
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4477

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice