Dépôt numérique
RECHERCHER

Utilisation de l'électrocoagulation dans le traitement des eaux usées industrielles chargées en matière organique.

Asselin, Mélanie (2007). Utilisation de l'électrocoagulation dans le traitement des eaux usées industrielles chargées en matière organique. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 282 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (23MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Les eaux usées industrielles contiennent des composés organiques de nature différente et de concentrations variables. Le rejet de tels effluents dans l'environnement est indésirable et est à l'origine de nombreuses contaminations des eaux de surface et souterraine. Les recherches actuelles visent donc à limiter cette contamination d'origine industrielle en proposant des technologies simples et moins coûteuses. De ce point de vue, les techniques électrolytiques sont particulièrement intéressantes. L'intérêt de celles-ci réside surtout dans leur aspect non polluant et leur facilité d'automatisation. L'objectif de ce projet est d'évaluer l'efficacité du procédé d'électrocoagulation dans le traitement d'effluents issus de différentes industries oeuvrant dans divers secteurs d'activités (agroalimentaires, abattoir, transport naval, site d'enfouissement, etc.), lesquels sont principalement chargés en matière organique. La production in situ d'agent coagulant (Fe2+/Fe3+ ou AI3+) obtenue par dissolution anodique lors de l'électrocoagulation devrait permettre d'éliminer principalement la pollution organique (soluble et insoluble), ainsi que les polluants inorganiques et bactériens, tout en favorisant la clarification des eaux usées industrielles. Pour ce faire, différentes unités électrolytiques (configuration monopolaire et bipolaire) comprenant des électrodes solubles de fer (Fe) ou d'aluminium (Al) sont testées. Les travaux consistent premièrement à évaluer le potentiel du procédé d'électrocoagulation pour le traitement de six effluents industriels (eaux usées de scierie, de transformation de viandes, de production de jus de fruits, de production de biscuits, d'abattage de volailles et des effluents issus de lavage de cales de bateaux). À l'issu de ces essais exploratoires, les deux effluents démontrant le plus d'intérêt économique et environnemental (effluent d'abattoir et effluent issu de lavage de cales de bateaux) sont retenus pour les essais d'optimisation du traitement en imposant différentes conditions expérimentales (intensité de courant, temps de rétention, pH, concentration en électrolyte, conductivité, etc.). L'application du procédé d'électrocoagulation sur les effluents d'abattoir permet d'atteindre des taux d'abattement de DCO totale variant de 80 à 88% et des taux d'enlèvement de la turbidité se situant entre 90 et 97% avec des coûts de traitement variant entre 0.58 et 1.33 $/m3 . En comparaison, l'application du procédé sur les eaux huileuses issues de lavage de cales de bateaux permet d'enregistrer des abattements de DCO totale variant entre 69 et 78% et des taux d'enlèvement de la turbidité se situant entre 86 et 98% pour des coûts d'environ 0.52 à 1.04 $/m3.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Blais, Jean-François
Co-directeurs de mémoire/thèse: Drogui, Patrick; Benmoussa, Hamel
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: électrocoagulation; pollution; eaux usées; industrie
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 12 nov. 2012 15:52
Dernière modification: 06 nov. 2015 19:03
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/437

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice