Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude temporelle des émissions hivernales de protoxyde d'azote d'une parcelle agricole.

Corriveau, Julie (2005). Étude temporelle des émissions hivernales de protoxyde d'azote d'une parcelle agricole. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 90 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (9MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Il est établi que les sols agricoles sont à l'origine de pertes significatives de N20 et de CO2 durant l'hiver et la fonte printanière. Les conditions de l'interface sol-neige et les différentes structures présentes dans le couvert nival influencent la production et l'émission des gaz. Dans cette perspective, les objectifs de recherche consistent à faire l'estimation des émissions hivernales de N20 (un gaz à effet de serre) à l'échelle d'une parcelle agricole avec la première loi de diffusion de Fick et de calculer la masse de N20 par strate de sol à l'aide de la loi de Henry. L'étude a été réalisée au cours de l'hiver 2002-2003 à la ferme expérimentale de Chapais (Agriculture et Agroalimentaire Canada) à Lévis (Québec, Canada). Premièrement, les gaz ont été échantillonnés à différentes profondeurs dans le sol et dans le couvert de neige afin d'en estimer les concentrations et les flux. Deux différentes méthodes de mesure de la densité de la neige ont été utilisées pour déterminer la porosité de la neige: par carottage manuel et avec la sonde SNOWPOWER. Dans un second temps, l'eau du sol a été échantillonnée à 35 cm de profondeur afin d'évaluer la concentration de N20 dissous et d'établir le contenu massique. La grande solubilité du N20 à basse température combinée à un contenu en eau élevé induisent une quantité importante de N20 dissous dans le sol, ce qui peut entraîner des pertes importantes de N20 par drainage de l'eau du sol au printemps. La comparaison des méthodes de mesure de la densité du couvert de neige a permis de constater que les valeurs de porosité calculées avec la méthode par carottage sont généralement plus élevées et possèdent un écart-type plus important qu'avec la sonde SNOWPOWER. Cette dernière permet de mesurer la variation temporelle de la densité du couvert de neige en intégrant tout l'épaisseur du couvert de neige sur une longueur de 20 m. Le contenu en N20 pour la couche de sol allant de 30 à 40 cm de profondeur montre une quantité maximale de 26,86 kg ha-1 de N20 accumulée dans l'air et l'eau du sol lors de la fonte massive, le 27 mars 2003. On dénote une augmentation significative de la quantité total de N20 lors de la fonte massive de la neige.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Bernier, Monique
Co-directeurs de mémoire/thèse: Van Bochove, Eric
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: hiver; protoxyde; azote; agricultre; gaz; serre; neige; SNOWPOWER
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 21 nov. 2012 21:17
Dernière modification: 12 nov. 2015 19:29
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/400

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice