Dépôt numérique
RECHERCHER

Caractérisation géochimique et hydrogéochimique de la matière en suspension de la rivière Saint-Charles, Québec, Canada.

Collin, Pascale (2004). Caractérisation géochimique et hydrogéochimique de la matière en suspension de la rivière Saint-Charles, Québec, Canada. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de la terre, 258 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (17MB) | Prévisualisation

Résumé

La charge sédimentaire en suspension dans la colonne d'eau de la rivière Saint-Charles provient principalement de l'érosion du substrat rocheux, des formations quaternaires et des berges. De plus, la dégradation forestière, les rejets urbains et industriels et la pollution atmosphérique contribuent significativement à cette charge sédimentaire. Cette recherche tente de déterminer la provenance et l'origine de la matière en suspension (MES) transporté par les eaux de la rivière Saint-Charles en évaluant leur signature géochimique en métaux trace et terres rares (TR). De plus, elle tente de déterminer les processus géochimiques et hydrogéochimiques présents dans les eaux de la rivière Saint-Charles et d'évaluer l’importance de l'influence des différentes provinces géologiques sur la signature géochimique de la MES de la rivière Saint-Charles. On observe une dynamique distincte du Fe et du Mn, entre l'automne (novembre 2000) et le printemps (mai 2001). L'enrichissement en oxyhydroxides de fer et de manganèse des particules de MES, probablement non-détritiques, suggère un apport en eaux souterraines (milieu réducteur) dans la section de la rivière située entre 17 kilomètres et 40 kilomètres de l’amont. Dans cette section, on évalue que les revêtements de fer-manganèse sur les particules de MES au mois de novembre 2000 sont présents dans une proportion variant entre 40 % et 80 %. À cette période, les autres échantillons de MES, provenant des autres sections de la rivière, montrent la présence de moins de 30 % de revêtements d’oxyhydroxides. L'effet d'adsorption des TR dissoutes sur les revêtements d’oxyhydroxides de fer et de manganèse est particulièrement présent entre 20 et 40 kilomètres de l'amont. De plus, les coefficients de partage plus élevés en novembre 2 000 qu'en mai 2001 montrent que les TR sont fortement associées à la phase particulaire et appauvrie et à la phase dissoute de l’eau de la rivière. Des trois provinces géologiques présentes dans le bassin versant de la rivière Saint-Charles, les formations géologiques associées à la province géologique du Grenville Influencent le plus les concentrations en TR mesurées dans la MES de la partie amont et centrale de la rivière, probablement dû à la présence des formations granitiques et gneissiques riches en TR de la section amont et du dénivelé de la rivière dans cette section qui favorise l'érosion. L'influence de l'érosion des unités la Plate-forme du Saint- Laurent semble négligeable dans cette rivière aux mois de novembre 2000 et de mai 2001 en raison du faible débit de la rivière, du faible dénivelé et d'un faible taux d'érosion des berges dans cette section

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Richer-Laflèche, Marc
Co-directeurs de mémoire/thèse: Bolduc, Andrée
Mots-clés libres: géochimie; hydrogéochimie; matière en suspension; métaux; MES; rivière; Saint-Charles
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 08 nov. 2012 18:45
Dernière modification: 16 mars 2016 19:54
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/379

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice