Dépôt numérique
RECHERCHER

Cartographie de la végétation aquatique submergée dans le fleuve Saint-Laurent entre le port de Montréal et le début du Lac Saint-Pierre.

Côté, Steve (2003). Cartographie de la végétation aquatique submergée dans le fleuve Saint-Laurent entre le port de Montréal et le début du Lac Saint-Pierre. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 183 p.

[img] Archive (ZIP)
Télécharger (63MB)

Résumé

Vers la fin de l’été 1997, une campagne de terrain a été entreprise dans le fleuve Saint-Laurent, entre le port de Montréal et le début du lac Saint-Pierre, dans le but de dresser la carte de la végétation aquatique submergée, nécessaire à la modélisation des courants de cette partie du fleuve. Outre la création de cette carte, les objectifs de ce mémoire étaient de tenter de comprendre la distribution des communautés végétales en fonction des facteurs abiotiques puis d’amorcer le processus de vérification de l’hypothèse selon laquelle la fluctuation du niveau d’eau aurait un impact positif sur la diversité de la végétation aquatique. Durant les quatre semaines de la campagne, 325 transects ont été effectués sur le tronçon fluvial au moment où la végétation aquatique présentait une biomasse très élevée. Les instruments utilisés incluaient un échosondeur papier, un système de positionnement précis (dGPS) ainsi qu’un logiciel de levé hydrographique qui enregistrait la position du bateau. La validation du signal de l’échosondeur consistait à identifier les espèces et évaluer leurs proportions relatives et leur densité. Elle a été faite à l’oeil nu ou avec une caméra couleur submersible. Une fois la campagne terminée, les données de position ont servi à créer la carte des transects sur laquelle les données d’échosondages, suite à leur interprétation, ont été transférées. L’interpolation entre les transects a été faite dans le logiciel MODELEUR surtout à l’aide d’une carte précise des profondeurs. Le résultat a donné une carte des macrophytes à l’échelle 1 : 15 000. Dix espèces de plantes ont été retrouvées dont la plus fréquente est la vallisnérie d’Amérique. Selon leurs combinaisons, ces plantes forment 33 assemblages, un nombre que nous avons ensuite réduit à 14 et qui inclut l’assemblage à faciès riche, un mélange de plusieurs espèces sans dominance, retrouvé en eau peu profonde et en situation abritée du vent et des vagues. Selon une démarche exploratoire, la distribution des espèces a été reliée aux facteurs abiotiques (lumière disponible, vagues, courant, substrat, disponibilité des nutriments, fluctuation du niveau d’eau) et biotiques (allélopathie) selon les observations faites sur le terrain, la littérature sur le sujet et l’interprétation de la carte de la végétation. L’hypothèse posée consiste à voir s’il existe une relation privilégiée entre la distribution de l’assemblage à faciès riche et la fluctuation du niveau d’eau. Selon nos observations, les fluctuations du niveau d’eau et les zones abritées des vents, des vagues et du courant et situées en eau peu profonde (zone de marnage) ne semblent pas exclusives à cet assemblage. Cette carte permettra une meilleure compréhension des liens unissant la distribution des espèces à l’habitat, lui-même défini par les facteurs abiotiques. Aussi, de par sa précision et sa grande échelle, ce travail fournira des données nécessaires à la modélisation des habitats de plantes dans un contexte où les niveaux peuvent fluctuer.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Leclerc, Michel
Mots-clés libres: Cartographie; végétation aquatique; échosondage; macrophytes; fleuve; Saint-Laurent; lac; Saint-Pierre
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 08 nov. 2012 16:52
Dernière modification: 12 nov. 2015 19:37
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/362

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice