Dépôt numérique
RECHERCHER

Premiers essais québécois du modèle de pollution diffuse agricole AnnAGNPS.

Landry, Caroline (2001). Premiers essais québécois du modèle de pollution diffuse agricole AnnAGNPS. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 149 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB) | Prévisualisation

Résumé

La pollution diffuse d'origine agricole constitue, à l’heure actuelle, un problème environnemental de taille. Cette pollution est souvent associée à une agriculture intensive spécialisée accompagnée de mauvaises pratiques agricoles. Les rejets peuvent être sous forme ponctuelle (amas de fumier, structure d'entreposage déficiente ou inexistante, rejet des eaux de laiterie) mais aussi et surtout sous forme diffuse (lessivage des terres, ruissellement de nutriments et érosion des sols). Par conséquent, la pression accrue sur les sols et les eaux de surface a entraîné une détérioration de ces deux ressources naturelles. Dans une perspective de gestion de la ressource hydrique à l'échelle du bassin versant, il s'avère essentiel de pouvoir estimer l'érosion hydrique et le transport des sédiments et nutriments afin d'identifier les zones à risque élevé de pollution. Le recours au modèle de pollution diffuse agricole est alors de mise. Ceux-ci permettent de simuler la production et le transport des polluants, de la surface du sol jusqu'au réseau hydrographique. Ils sont généralement utilisés pour évaluer l’impact des pratiques agricoles sur la qualité de l’eau et identifier les secteurs critiques de pollution. C'est dans cette optique que le modèle AnnAGNPS (Annualized Agricultural Non-Point Source pollution) fut créé. Ce modèle simule, sur une base continue journalière, les débits, les charges de solides en suspension et les quantités d'azote et de phosphore exportées à l’aval d'un bassin versant. Les données d'entrée nécessaires au modèle AnnAGNPS sont de type météorologique, hydrométrique, physiographique et occupation territoriale. Sa composante hydrologique repose sur la-technique SCS (Curve Number) alors que le calcul de l'érosion hydrique se fait par l’Équation Universelle Révisée de Pertes de Sols (RUSLE). Une caractéristique particulière de ce modèle réside dans l’importance accordée aux opérations agricoles précédant directement les précipitations et pouvant influencer le ruissellement résultant. Cette première application québécoise du modèle fut effectuée sur le bassin versant de la rivière Boyer Nord, où l’on retrouve une pollution d'origine agricole importante. Une première simulation des charges en sédiments et nutriments transportées à l’exutoire de la rivière Boyer Nord a été effectuée pour l’année hydrologique 1998- 1999. Les résultats obtenus démontrent que le modèle AnnAGNPS reproduit de façon acceptable les divers processus responsables de la pollution diffuse (ruissellement, érosion hydrique, transport des nutriments) mais semble avoir quelques difficultés avec les valeurs exactes. De plus, un problème majeur existe au niveau de la modélisation de la fonte des neiges. Cette difficulté suscite une mauvaise estimation des débits événementiels engendrés lors de la fonte printanière et des charges transitées qui en découlent.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Cluis, Daniel
Mots-clés libres: modélisation agroclimatique; bassin versant; rivière Boyer; agriculture; AnnAGNPS
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 08 nov. 2012 19:22
Dernière modification: 23 nov. 2015 19:37
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/340

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice