Dépôt numérique
RECHERCHER

Identification d'interactions entre l'urotensine-II et des protéines myocardiques chez le rat

Turcotte, Kathy (2009). Identification d'interactions entre l'urotensine-II et des protéines myocardiques chez le rat Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 94 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

L'urotensine-11 (U-11) est un acteur important impliqué dans diverses anomalies touchant entre autres le système cardiovasculaire. Ce peptide formé de 11 acides aminés est actuellement décrit comme l'agent vasoconstricteur le plus puissant identifié à ce jour. Son action est permise grâce à l'activation d'un récepteur couplé aux protéines G (RCPGs), le récepteur UT. Jusqu'à tout récemment, les RCPGs étaient décrits comme des protéines situées à la membrane plasmique des cellules. Or, des études menées par différents groupes de recherche ont montré une localisation nucléaire pour certains d'entre eux associés à des peptides vasoactifs tels l'angiotensine-II, la bradykinine et 1'endothéline. Suite à ces observations, le but de notre projet de recherche vise à évaluer la présence du récepteur UT ou de toutes autres protéines capables de lier l'U-11 à la surface des noyaux de cellules provenant de tissus cardiaques de rat. Pour ce faire, nous avons d'une part fait la synthèse d'analogues biotinylés et photoactivables de l'U-11. Ainsi, une molécule de biotine a été ajoutée en position N-terminale, dans le but d'être utilisée comme sonde étant donné sa forte affinité pour l'avidine. De plus, les analogues ont subi la substitution des acides aminés des positions 3 ou 4 de la séquence de l'urotensine humaine (hU-Il) par un groupement photoactivable, le p-benzoyl-phénylalanine (Bpa). Ce groupement est nécessaire pour le photomarquage qui constitue un moyen efficace permettant l'étude des complexes ligand-récepteur. D'autre part, 1'affinité de l'U-11 a été vérifiée par des essais de liaison/compétition utilisant le radioligand [Tyre 251)9]hU-II sur des fractions membranaires ainsi que des fractions enrichies en noyaux. Des immunobuvardages de type Western utilisant un anticorps dirigé contre le récepteur UT ont également été réalisés sur ces fractions cellulaires isolées. Finalement, les complexes formés suite au photomarquage entre les sondes biotinylés photoactivables radiomarquées à l'iode 125 et chacune des fractions cellulaires ont été purifiés sur colonne d'avidine. Les produits de la purification ont été révélés par autoradiographie grâce à 1'émission du signal radioactif. Nos résultats nous montrent qu'il y a liaison spécifique entre l'hU-II et les fractions cellulaires isolées et que 1'affinité du peptide est plus grande envers la fraction nucléaire comparativement à la fraction membranaire. On observe également que le déplacement du radioligand [Tyre25I)9]hU-II par le peptide froid hU-II est comparable pour les fractions membranaire et nucléaire. Par contre, ce déplacement est plus marqué au niveau des fractions membranaires en ce qui concerne 1 'urantide, un antagoniste peptidique du récepteur UT. Les résultats obtenus suite aux immunobuvardages, montrent la présence d'une protéine correspondant au poids moléculaire du récepteur UT au niveau de la fraction membranaire. Cette même protéine est retrouvée dans la fraction nucléaire accompagnée de 2 autres espèces immunoréactives de poids moléculaires différents. Finalement, les résultats de 1'autoradiographie révèlent la présence du récepteur UT au niveau membranaire et nucléaire lorsque comparés au signal provenant du photomarquage avec les cellules qui surexpriment ce récepteur. En conclusion, nos résultats apportent de nouveaux éléments au sujet de la présence d'un récepteur nucléaire spécifique au peptide U-11. Une meilleure compréhension du mode de fonctionnement de ce récepteur et des actions qui lui sont rattachées suite à l'activation par son ligand pourrait permettre le développement d'outils diagnostiques et/ou thérapeutiques mieux adaptés aux traitements des différentes maladies associées au système urotensinergique.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Fournier, Alain
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: sonde ; biotine ; cardiomyocyte ; photoactivation
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 25 sept. 2013 18:47
Dernière modification: 16 nov. 2015 21:50
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/304

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice