Dépôt numérique
RECHERCHER

Mécanismes d'immunosuppression de la protéine V du virus de la maladie de Carré

Svitek, Nicholas (2010). Mécanismes d'immunosuppression de la protéine V du virus de la maladie de Carré Thèse. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Doctorat en virologie et immunologie, 200 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF

Le virus de la maladie de Carré (canine distemper virus, CDV) cause une infection létale chez le furet caractérisée par une forte immunosuppression. Un des facteurs de virulence codé par le virus est la protéine V qui a été associée à cette immunosuppression. Des études précédentes au laboratoire ont démontré qu'en absence de la protéine V du CDV {CDV-Vko), ce virus ne cause pas une infection létale ni la forte immunosuppression telles qu'observées avec le virus de type sauvage. De plus, il est connu que chez le virus de la rougeole (measles virus, MV), un proche parent du CDV, la protéine V inhibe la réponse des interférons {IFN) au niveau cellulaire. Nous avons donc émis l'hypothèse que la protéine V inhibe l'induction d'une réponse antivirale innée appropriée. Pour tester cette hypothèse, mon doctorat poursuivait trois objectifs spécifiques. Dans un premier temps, nous avons visé la comparaison de la réponse cellulaire en générant un profil de transcription de cytokines de furets infectés avec le virus de type sauvage ainsi qu'avec le CDV-Vko. D'autre part, j'ai envisagé de cartographier la région de la protéine V qui est responsable pour son activité, et par la suite, de caractériser les interactions de la protéine V avec les protéines cellulaires impliquées dans l'établissement de l'immunité innée. Dans le cadre de mon premier objectif, j'ai cloné plusieurs cytokines de furets impliquées dans différentes voies de la réponse immunitaire. Basé sur ces séquences, j'ai d'abord développé un essai de RT-PCR semi-quantitatifpuis ensuite un essai de RT-PCR en temps réel. J'ai observé que les furets infectés avec le virus de type sauvage sont fortement inhibés dans l'induction d'une synthèse de cytokines appropriées. Par contre, les animaux infectés avec des virus atténués, tel que le CDV-Vko, induisent une bonne synthèse de cytokines impliquées dans la réponse inflammatoire ainsi que dans la réponse de cellules T de type THl et TH2. Ensuite, en générant par génétique inverse des virus recombinants portant des substitutions d'acides aminés dans des régions conservées de la partie N-terminale et C-terminale de la protéine V, j'ai observé que la tyrosine en position 110 du domaine N­ terminal, connue pour être importante chez le MY pour inhiber la signalisation des I FN, n'est pas requise pour causer une infection létale chez le furet. Par contre, les virus arborant une mutation dans une des cystéines conservées démontrent un phénotype atténué similaire au CDV-Vko. Suite à des essais luciférase in vitro, j'ai découvert que la tyrosine Il 0 dans la protéine V du CDV est essentielle pour bloquer la voie de signalisation des IFN de type 1 et de type II alors que les mutants cystéines perdent la capacité de bloquer seulement la transduction cellulaire des IFN de type 1. Pour identifier le mécanisme d'inhibition de l'immunité innée qui corrèle avec la virulence du virus, nous avons étudié l'effet des protéines V mutantes sur l'inhibition de l'activation des promoteurs naturels des gènes induits par les interférons (ISG), Mx1 et ISG54, ainsi que du promoteur naturel médiant la synthèse de l'IFN-. J'ai observé que les protéines V mutantes au niveau des cystéines perdent spécifiquement leur capacité à inhiber l'activation du gène Mx1 alors que le mutant tyrosine garde la même efficacité que la protéine sauvage à inhiber l'activation de la transcription de Mx1. Ce projet de recherche a permis de mettre en lumière les mécanismes moléculaires impliqués dans la pathogenèse morbillivirale. De plus, cette étude révèle le rôle important joué par la protéine Mx dans le contrôle des infections morbillivirales.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: von Messling, Veronika
Mots-clés libres: furet
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 13 févr. 2013 19:24
Dernière modification: 11 nov. 2015 15:27
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/296

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice