Dépôt numérique
RECHERCHER

Finding meaning in (the) diverse-city : the competitive city and immigration in Toronto.

Liguori, Marilena (2015). Finding meaning in (the) diverse-city : the competitive city and immigration in Toronto. Thèse. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en études urbaines, 192 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette thèse doctorale porte sur le multiculturalisme tel qu’il est vécu et perçu dans la vie quotidienne des nouveaux arrivants faisant partie de groupes racisés à Toronto, une ville qui se vante d’être « une des villes les plus multiculturelles dans le monde ». D’un point de vue démographique, ceci semble être vrai car environ la moitié de sa population (qui s’élève à 2,6 millions) est née à l’étranger et plus de 140 langues et dialectes y sont parlées. En effet, vu les changements dans les tendances migratoires depuis les années 1970, les immigrants récents sont principalement originaires de l'Asie, de l'Amérique latine et de l'Afrique ainsi augmentant le nombre de personnes considérées comme « minorités visibles » (selon la définition de Statistiques Canada). Selon des prévisions démographiques, d’ici 2031 ces groupes formeront 63% de la population torontoise. Au cours de la dernière décennie, la présence de cette diversité ethnoculturelle est devenue un élément central dans la façon dont la ville de Toronto se définit et crée son imaginaire civique. Cette « célébration de la différence » est utilisée afin de promouvoir Toronto comme une « ville mondiale » pour favoriser le développement économique et la croissance en créant un climat favorable pour les investisseurs et les touristes. Notre recherche doctorale interroge cet imaginaire civique centré sur la diversité culturelle comme étant un instrument d'action publique de la ville compétitive (Boudreau, Keil et Young 2009). Ainsi, cette recherche tente de mettre en évidence la façon dont les nouveaux arrivants issus de groupes racisés construisent leurs propres imaginaires de la ville « multiculturelle » à travers leurs pratiques quotidiennes et de mettre ces derniers en relation avec le discours « officiel » véhiculé par les institutions locales à Toronto. Nous avons effectué un total de 41 entretiens à Toronto durant 2010 et 2011 dont 26 avec des nouveaux arrivants et 15 avec des représentants d’institutions locales. Cette thèse par articles comprend cinq chapitres. Le chapitre 1 est une présentation générale du contexte social, géographique et politique de la ville de Toronto. Il nous permet de comprendre les changements démographiques en matière d’immigration survenus depuis la période d’après-guerre et la localisation des récents immigrants à travers la ville. On y présente également les politiques de gestion de la diversité mises en place depuis les fusions municipales en 1998 et les acteurs dits civiques oeuvrant dans le domaine de l’intégration des immigrants. Les chapitres 2, 3 et 4 sont des articles qui ont été soumis dans des revues scientifiques. Un de ces articles a été publié et un autre est en cours de révision afin d’être resoumis après une première évaluation. Le chapitre 2 présente les récits des nouveaux arrivants sur Toronto comme « ville multiculturelle ». Le chapitre 3 porte sur la valorisation de la diversité ethnoculturelle dans les discours des représentants d’institutions locales à Toronto. Le chapitre 4 a pour but de comparer et de mettre en perspective les récits des nouveaux arrivants avec ceux des représentants d’institutions locales afin de cerner les éléments qui comprennent leurs imaginaires urbains. Le chapitre 5 présente l’évolution des politiques en matière de diversité de la Ville de Toronto ainsi que des données sur les pratiques quotidiennes des nouveaux arrivants notamment la mobilité, la consommation et les relations sociales. En conclusion nous offrons une réflexion sur la contribution de la thèse au champ des études urbaines et nous proposons des pistes de recherche pour l’avenir ===== This doctoral dissertation focuses on multiculturalism as it is experienced and perceived in the everyday lives of recent immigrants from racialized groups in Toronto, a city that promotes itself as "one of the most multicultural cities in the world." From a demographic point of view, around half of its population (of 2.6 million) is foreign-born and more than 140 languages and dialects are spoken there. As a result of changes to Canada’s immigration policies in the 1970s, recent immigrants are no longer primarily from the European continent, but from Asia, Latin America, and Africa. These migration trends have resulted in growing numbers of “visible minority” (according to the definition by Statistics Canada) groups who, by 2031, are expected to make up 63% of Toronto’s population. Given this demographic reality, immigration is not only reshaping Toronto’s self-perception, but ethnocultural diversity has become a central component in the way the city defines itself and constitutes its image. This popular image and rhetoric of Toronto being a “world class” “multicultural” city is a central component of the City of Toronto’s entrepreneurial strategies to foster economic development and growth by conveying a favourable climate to attract tourists and investment. The doctoral research presented here interrogates this civic imaginary centred on ethnocultural diversity as an instrument of public action of the competitive city (Boudreau, Keil, and Young 2009). This research highlights the ways in which immigrants from racialized groups create their urban imaginaries of the “multicultural” city through their daily practices of mobility in the city and puts them in conversation with “official” discourses of diversity espoused by local institutions in Toronto. This dissertation presents the findings of research that included 41 interviews carried out in Toronto during 2010 and 2011 with 26 newcomers and 15 representatives of local institutions. This dissertation based on articles includes five chapters. Chapter 1 presents the local context of Toronto, focusing on social, geographic, and political aspects. This chapter allows us to understand the changes in immigration trends since the post-war period as well as the settlement patterns of recent immigrants. It also outlines the City of Toronto’s diversity policy framework implemented since amalgamation in 1998, as well as a portrait of civic actors dealing with issues of immigrant integration. Chapters 2, 3 and 4 are articles that have been submitted to academic journals. One of these articles has been published and another is currently being revised for resubmission. Chapiter 2 presents the narratives of recent immigrants from racialized groups regarding Toronto as a “multicultural” city. Chapter 3 focuses on the valorization of ethnocultural diversity in the discourses of representatives of local institutions in Toronto. Chapter 4 provides a comparison of the narratives of racialized newcomers with those of representatives of local institutions in order to determine the elements that comprise their urban imaginaries. Chapter 5 provides a discussion of the evolution of diversity policies in Toronto and looks at the daily practices of newcomers, particularly mobility, consumption, and social relations. The conclusion offers a reflection on the contribution of this dissertation to the field of urban studies as well as future research prospects.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Boudreau, Julie-Anne
Informations complémentaires: Thèse par articles. Comprend en annexe un résumé long en français de la thèse.
Mots-clés libres: Multiculturalisme; diversité; ville compétitive; immigration; imaginaire urbain; Toronto ===== Multiculturalism; diversity; competitive city; immigration; urban imaginary; Toronto.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 05 juin 2015 19:46
Dernière modification: 17 juill. 2015 15:18
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2688

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice