Dépôt numérique
RECHERCHER

Place-framing by coalitions for car alternatives : a comparison of Montréal and Rotterdam The Hague metropolitan areas.

Van Neste, Sophie L. (2014). Place-framing by coalitions for car alternatives : a comparison of Montréal and Rotterdam The Hague metropolitan areas. Thèse. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en études urbaines, 383 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB) | Prévisualisation

Résumé

L'objectif de cette thèse est de considérer l'apport des discours de 'cadrage des lieux' (place frames) dans l'action collective en matière de mobilité. La mobilité en milieu urbain et métropolitain est étudiée ici comme sujet de débat et d'action collective. Les modes alternatifs à la voiture sont maintenant revendiqués pour une diversité de raisons et par une pluralité d'acteurs. Dans cette thèse, l'hypothèse est posée que des place-frames, en tant que visions rassembleuses et stratégiques sur un espace, permettent de transformer les discours dominants en matière de mobilité. La littérature sur la mobilité ne rend pas encore acte des processus complexes d'action collective et de représentations à l’oeuvre dans ce domaine (Cresswell 2010). Un cadre conceptuel est élaboré pour comprendre les processus à travers lesquels les coalitions se construisent et élaborent des discours communs sur l'espace. Deux concepts principaux sont mis de l'avant. Premièrement, les coalitions sont conceptualisées comme des réseaux d'affiliations (Simmel 1955), avec chaque participant ayant ses propres loyautés et motivations. Des acteurs intermédiaires sont nécessaires pour construire des liens et assurer l'unité à travers le temps. Deuxièmement, la théorie du discours de Laclau et Mouffe (1985) et la notion de répertoire interprétatif (Potter 2005) sont utilisées pour enrichir la notion de 'framing', de cadrage d'action collective. Ces concepts servent à étudier des réseaux sociaux et processus de mise en coalition supportant l'élaboration et la diffusion d'utopies spatiales dans la mobilisation pour des alternatives à la voiture. Ces place-frames sont négociés autant à l'intérieur des coalitions qu'en relation avec les autorités publiques, dans des partenariats, mais aussi dans des débats et des controverses. Ils sont constitués dans des chaînes d'équivalence discursives (Laclau et Mouffe 1985) et se modulent en divers répertoires interprétatifs (Potter 2005). La thèse étudie les processus de framing et de brokerage dans des coalitions à l'oeuvre dans deux régions métropolitaines, soit à Montréal au Canada et à Rotterdam La Haye aux Pays-Bas. Les études de cas ont été documentées avec un total de 40 entretiens, 4 groupes de discussion, l'analyse de discours de 15 transcriptions de débat public ainsi que l'analyse de discours des documents d'acteurs civiques et publics. Les cas diffèrent selon leur degré de conflit et l'accès aux autorités publiques dans chacun des systèmes de gouvernance. Les coalitions dans une position de collaboration avec les autorités publiques demandent des mesures d'apaisement de la circulation à Montréal et des mesures entrepreunariales de lutte à la congestion routière à Rotterdam La Haye. Les coalitions dans une position conflictuelle s'opposent à des segments d'autoroutes, à Montréal et à Rotterdam La Haye. Il en résulte une comparaison qui met de l'avant l'utilité du cadre conceptuel élaboré et les particularités des cas étudiés. Les place-frames étudiés, bien que structurants pour les coalitions d'alternatives à la voiture et l'évolution de leurs champs discursifs, ne modifient par contre pas nécessairement de manière substantielle l'action publique en matière de mobilité. Le place-framing constitue tout de fois un outil d'action collective, à travers lequel les acteurs peuvent agir sur les conflits dans l'organisation de l'espace, et sur les opportunités de changement dans la géographie de leur gouvernance ===== The objective of this thesis is to consider how the constitution of specific types of discourses, place-frames, are involved in collective action in the field of mobility. The literature on mobility does not yet take act of the complex processes of collective action and representations in this field (Cresswell 2010). In the regions of Montreal and Rotterdam The Hague, I investigate the discourses and networks from coalitions aiming at transforming dominant discourses on mobility and the city, for the promotion of car alternatives. These coalitions are situated in different contexts varying in the axes of antagonism and opportunity. A framework is elaborated to understand the processes through which the making of coalitions and the construction of discourses take place. Two main concepts are used to do so. First, coalitions are pictured as constituted within a web of affiliations (Simmel 1955), with each participant having his or her own loyalties and motivations. Brokers are needed to bring these actors together and maintain the coalition united. Second, the discourse theory from Laclau and Mouffe (1985) is used to enrich the notion of 'framing'. This theory posits that the force of an idea resides in the linkages it makes among different elements. When the meanings of the different elements become disconnected, the force of the political idea is reduced. And when this political idea, or frame, was the glue uniting actors together in a collective, then the collective will likely dissolve. Yet, the frame can be adapted in different interpretative repertoires (Potter 2005), and endure through time. This is, in short, the essence of the approach to coalitions and discourse that I propose in this thesis. This framework is used to investigate the use of specific types of spatial claims, place-frames. Place-frames, as strategic representations of sites used to transform dominant discourses, are defined and discussed in relation to other notions in the literature. Place-framing is the process through which such counter-discourses are constituted. Place-framing is dynamic because it is elaborated in relation with the different motivations of the participants to the coalition, and in relation with the discourses external to the coalition. The four case studied were investigated with a total of 40 semi-focused interviews, 4 focus groups, some direct observation of events, a discourse analysis of 15 (transcribed) debates, varying in length and corpus, and a discourse analysis of a series of documents produced by members of the coalitions and public authorities. The coalitions studied asked for traffic calming measures in Montreal and for an entrepreneurial tackling of congestion in Rotterdam The Hague. The more contentious coalitions opposed highway segments in both regions. If place-framing structured the work of these coalitions and the evolution in the discursive field, it did not in all cases modify in substantial ways public policy in regard to mobility in the city. The thesis ends with remarks on place-framing as a tool of collective action, through which actors can act on the conflicts experienced in space, and the opportunities of change within the geography of its governance.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Sénécal, Gilles
Co-directeurs de mémoire/thèse: Mamadouh, Virginie
Informations complémentaires: Une synthèse plus longue de la thèse, en français, est disponible en Appendix 1.
Mots-clés libres: Coalition de discours; framing; cadrage; brokers; place; place-frame; échelles; action collective; antagonisme; mobilité; alternatives à la voiture ===== Discourse analysis; framing; brokers; discourse coalitions; politics of mobility; car alternatives; spatialities of contention; collective action; place; place-frame; geography of governance.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 09 avr. 2015 15:04
Dernière modification: 17 juill. 2015 15:33
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2649

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice