Dépôt numérique
RECHERCHER

Revisiter les rapports au quartier : choix résidentiels et attachement au quartier de jeunes familles de classes moyennes dans la région métropolitaine de Montréal.

Jean, Sandrine (2014). Revisiter les rapports au quartier : choix résidentiels et attachement au quartier de jeunes familles de classes moyennes dans la région métropolitaine de Montréal. Thèse. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en études urbaines, 231 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

Au cours des dernières décennies, les dynamiques migratoires des villes nord-américaines ont été caractérisées par l’étalement urbain et le déclin démographique des villes centres. Plusieurs grandes agglomérations canadiennes ont été particulièrement touchées par ces changements démographiques rapides. Montréal n’échappe pas à cette tendance et le départ continu des ménages vers les banlieues avoisinantes constitue un des enjeux cruciaux du développement de la région métropolitaine. Dans ce contexte de mobilité généralisée et de concurrence pour attirer les jeunes ménages, que signifie encore aujourd’hui le quartier? Quelle place le quartier occupe-t-il dans la vie quotidienne des résidants? Cette thèse interroge les rapports au quartier de jeunes familles de classes moyennes dans la région métropolitaine montréalaise. À travers l’analyse de leurs pratiques quotidiennes et leurs représentations de l’espace, la thèse interroge le rôle joué par ces territoires du quotidien. Elle se penche aussi sur les choix résidentiels de ces familles en faveur de la ville centrale ou de la banlieue. Finalement, la thèse revisite l’attachement au quartier dans une perspective comparative entre deux quartiers peu étudiés dans les recherches sur Montréal: un quartier de la proche banlieue lavalloise (Vimont-Auteuil) et un quartier péricentral de Montréal (Ahuntsic). Cette recherche doctorale s’appuie principalement sur des témoignages recueillis lors d’entrevues approfondies semi-dirigées auprès de jeunes familles de classes moyennes, mais elle comprend aussi des observations d’espaces publics sélectionnés, ainsi que des entrevues courtes avec des résidants et usagers de ces lieux. La recherche va à l’encontre de la thèse de la fin du quartier en démontrant que le quartier continue d’être un espace significatif qui occupe une place centrale dans la vie quotidienne des jeunes familles de classes moyennes. Nos résultats réitèrent la pertinence de l’échelle du quartier pour comprendre la ville, mais aussi les banlieues, et les rapports à ces espaces. Ils mettent en lumière les pratiques et les sociabilités locales déployées par ces familles, tout comme les façons dont elles revendiquent leur attachement au quartier. Celui-ci revêt des configurations plurielles auprès des « citadins » et des « banlieusards » qui résultent de représentations différenciées de la ville et de la banlieue et des modes de vie auxquels elles sont associées. La thèse soulève l’importance d’aménager des milieux de vie ouverts aux familles, en concordance avec leurs représentations et leurs pratiques. Les différentes façons de « vivre » le quartier, la ville et la banlieue, ainsi que les significations que lui confèrent ceux qui les habitent doivent être mieux comprises si l’on veut favoriser l’attachement au lieu et créer des milieux de vie propices aux familles ===== Over the last few decades, migratory dynamics of North American cities have been characterized by urban sprawl and the demographic decline of city centers. Several major Canadian cities have been particularly affected by these rapid demographic changes. Montreal is no exception and the exodus of middle-class families to the suburbs is one of the critical issues in the development of the Montreal Metropolitan Region. While mobility is on the rise and municipalities are competing to attract and retains young middle-class families, does neighbourhood still matter for urban and suburban families? What does neighbourhood means and what role does it occupies in the daily lives of its residents? Does living in the suburb or the city centre have an impact on neighbourhood attachment and neighbourhood uses? This thesis addresses the underexplored neighbourhood attachment of young middle-class families in the Montreal Metropolitan Region. Through the study of their daily practices and representations of space, the thesis reconsiders the role played by the neighbourhood in everyday life of their inhabitants. This doctoral research analyses the residential choices of these families in favor of either the central city or the suburbs. Finally, the thesis revisits neighborhood attachment in a comparative perspective, looking at dynamics in a peri-central neighbourhood of Montreal (Ahuntsic) and a suburban neighbourhood of Laval (Vimont-Auteuil). Empirical results are drawn from in-depth interviews with middle-class families, systematic on-site observations of public spaces, and short interviews with residents and users of these public spaces. Our results contradict the thesis of the end of the neighbourhood and support the hypothesis that neighbourhood still matters nowadays for middle-class families as it continues to be the object of strong attachments. Our results reaffirm the relevance of the neighborhood scale to understand the city, but also the suburbs, as well as residents’ relationships to those spaces. They highlight local practices and sociability as well as ways by which families claim their commitment to the neighborhood. These take plural configurations which results from differentiated representations of the city and the suburbs and the lifestyles with which they are associated. The different ways to "live" the neighborhood, the city and the suburbs, as well as the meanings that resident gives to those spaces must be better understood if one wants to promote place attachment and build livable environments. Representations of family life in the city and in the suburbs—particularly what it should be and what values are associated with it—ought to be neglected, and certainly need further investigations, given their considerable role in neighbourhood attachment and residential choices. How people live and experience neighbourhood life must be better understood to promote place attachment and create family-friendly environments.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Germain, Annick
Mots-clés libres: Quartier; attachement au quartier; jeune famille; classe moyenne, ville, banlieue, Montréal, Laval, choix résidentiel, diversité ethnique; ===== Neighbourhood; neighbourhood attachment; young familiy; middle-class; city; suburb; Montréal; Laval; residential choice; ethnic diversity.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 16 déc. 2014 14:49
Dernière modification: 17 juill. 2015 18:43
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2471

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice