Dépôt numérique
RECHERCHER

Accessibilité à des opportunités d'emploi pour les populations défavorisées : quel est le portrait pour Montréal, Laval et Longueuil?

Aubin-Beaulieu, Julien (2013). Accessibilité à des opportunités d'emploi pour les populations défavorisées : quel est le portrait pour Montréal, Laval et Longueuil? Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 100 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

Le mauvais appariement spatial (ou spatial mismatch) traite de l’inadéquation entre la localisation d’une population donnée et celle des emplois que ces personnes peuvent occuper. Cette inadéquation a été étudiée de plusieurs façons dans les dernières décennies, mais très peu de travaux ont spécifiquement examiné la population défavorisée ou encore les catégories d’emplois. De plus, à notre connaissance, le sujet n’a pas été exploré dans la région métropolitaine de Montréal. C’est pourquoi nous posons la question : y a-t-il un mauvais appariement spatial à Montréal, Laval et Longueuil entre la population défavorisée et les emplois à faible revenu lorsque les déplacements sont effectués en transport en commun (TC) ? Notre méthodologie combine deux méthodes employées dans la littérature, soit le ratio emploi/résidence (job/housing balance) et la zone de liberté de choix. Ainsi, nous calculons des ratios emplois/main-d’oeuvre pour les emplois à revenu faible à l’intérieur des zones d’accessibilité déterminées par des déplacements de 25 minutes en voiture ou en TC. Nous calculons également un indice de défavorisation relative afin de cibler les populations défavorisées. Nos résultats indiquent que le phénomène du mauvais appariement spatial entre la population défavorisée et les emplois à faible revenu existe à Montréal. Cela dit, il est limité puisqu’une faible proportion de la population en est atteinte. La localisation résidentielle de la population défavorisée est généralement bien adaptée à la localisation des emplois à faible revenu lorsqu’on se déplace en TC. Aussi, pour la population défavorisée, l’accessibilité à des opportunités d’emploi à faible revenu est plus grande lorsqu’on se déplace en TC qu’en voiture. Enfin, les réseaux de TC sont globalement plus favorables à la population fortement défavorisée qu’au reste de la population en termes d’accessibilité à des opportunités d’emplois ===== The spatial mismatch hypothesis suggests that there is a mismatch between the residential location of certain population and the location of the jobs these people can occupy. Many recent studies investigated the problem with low income people as a subject. To our knowledge, the spatial mismatch hypothesis has not been studied in the case of the metropolitan region of Montreal. Therefore, this study attempts to answer this question: is there a spatial mismatch between the location of disadvantaged populations of Montreal and the location of low-income jobs according to travel by public transit? Considering the sectorization of the jobs sub-centers and the poverty clusters in the region of Montreal, we hypothesized that there ought to be some job accessibility problems leading to spatial mismatch. Our methodology combines two methods used in the literature: job/housing balance and the zone of liberty of choice. Using 2006 census data, we calculated a job/labor ratio for the low-income jobs for each census tract of Montreal, Laval and Longueuil. We also computed a relative deprivation index. We then tried to identify the most disadvantaged census tracts by highlighting the 20 % with the highest index of relative deprivation and those with a job/labor ratio lower than 0,6. The results of this research indicate that there are few census tracts that seem to be in a situation of spatial mismatch. Instead of opposing the population of central parts of the city to the suburbs, it seems to oppose 1st and 2nd ring suburbs between themselves. This being said, the residential location of the most disadvantaged populations is generally well suited with respect to the location of the low-income jobs. Also, the transit network appears to be more favorable to the most disadvantaged population than to the rest of the population when it comes to accessibility to job opportunities.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Cloutier, Marie-Soleil
Co-directeurs de mémoire/thèse: Shearmur, Richard
Mots-clés libres: Appariement spatial; spatial mismatch; accessibilité; emploi; opportunité d’emploi; localisation résidentielle; déplacement; travail; transports en commun; population défavorisée; Montréal; Laval; Longueuil; job; accessibility; job opportunities; transit; disadvantaged population; Montreal.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 02 déc. 2014 20:28
Dernière modification: 17 juill. 2015 17:25
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2446

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice