Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude des fonctions auxiliaires des lymphocytes T CD4+ dans un modèle murin de rejet de greffe de peau.

Sauvé, Dominike (2002). Étude des fonctions auxiliaires des lymphocytes T CD4+ dans un modèle murin de rejet de greffe de peau. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 142 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Afin d'approfondir le rôle des réponses alloréactives directe et indirecte dans la production en alloanticorps et dans la modulation des cellules T cytotoxiques CD8+, notre laboratoire a développé un modèle innovateur basé sur l'utilisation d'une lignée de souris transgéniques (2.1 02Tg) pour un récepteur de la cellule T dérivant, d'un clone de cellule T CD4+. Dans ce modèle, un seul clonotype de cellule T est capable à lui seul d'alloréactivité directe et indirecte. Nous avons utilisé un système de transfert adoptif avec des cellules T CD4+ purifiées provenant de souris 2.102Tg, et effectué des greffes de peau de queue de souris sur des C57BL/6J TcratmttMom croisées avec des souris B6.AKR pour introduire la mutation dans un haplotype H-2k (TCRaKOK). Ces souris ne possèdent pas de cellules T périphériques CD4+ ou CD8+ TCRaB, et se trouvent incapables de rejet de greffe. Les observations faites indiquent que le rejet des allogreffes se produit dans les deux voies d'alloréactivité entre les jours 14 et 18. La production en alloanticorps dans les sérums obtenus avant et après le rejet a été analysée par cytométrie en flux. Les résultats démontrent, suite à un transfert adoptif de 10x10 6 cellules T CD4+, une production en anticorps lgG chez les souris ayant rejeté leur allogreffe par la voie indirecte. Par contre, aucune production en anticorps lgG n'a été observée dans la voie directe d'alloréactivité. Ces résultats indiquent donc que la voie indirecte est requise pour les réponses en alloanticorps. Il a également été démontré, à partir des résultats obtenus suite au transfert adoptif de différentes quantités de cellules effectrices, une absence de corrélation entre les réponses en anticorps et le rejet aigu de greffe de peau. Les résultats obtenus suggèrent que l'absence de production en anticorps suite au rejet de greffe de peau dans la voie directe d'alloréactivité suggère une absence d'activation des cellules B, possiblement due à une absence d'activation des cellules T dans les organes lymphoïdes secondaires. De plus, la présence des cellules T CD4+ semble nécessaire pour permettre la maturation des cellules T CD8+ en CTL qui vont lyser les cellules cibles du greffon. Ainsi, les événements menant à l'initiation des réponses immunes responsables du rejet des al ogreffes de peau peuvent différer entre les deux voies d'alloréactivité.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Daniel, Claude
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: lymphocytes ; modele ; murin ; rejet ; greffe
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 sept. 2015 15:34
Dernière modification: 14 déc. 2015 20:08
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2344

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice