Dépôt numérique
RECHERCHER

Rôle du récepteur de la protéine G 128 dans l'alloréactivité du TCR 2.102 contre I-EP

Lamarche, Philippe (2009). Rôle du récepteur de la protéine G 128 dans l'alloréactivité du TCR 2.102 contre I-EP Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 127 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

L'arrivée sur le marché de plusieurs classes d'immunosuppresseurs a permis de considérer la transplantation comme une thérapie efficace. Cependant, les mécanismes entourant l'alloréactivité sont encore mal définis. Bien qu'il soit établi que l'alloréactivité soit induite par la reconnaissance des complexes CMH/peptides allogéniques par les lymphocytes T, la contribution des peptides du soi impliqués dans cette interaction reste grandement indéterminée. Notre laboratoire utilise un modèle d'étude du rejet de greffe basé sur le clone de cellule T 2.102, alloréactif contre l-EP. L'importance de la contribution du peptide du soi impliqué dans cette réaction d'alloréactivité a déjà été démontrée par l'élaboration d'un peptide synthétique (EPM) permettant, lorsque présenté dans le cadre de l-EP, une forte stimulation du clone T 2.102. Bien que le peptide naturel du soi impliqué dans l'alloréactivité face à l-EP ne soit pas encore connu, le récepteur couplé à la protéine G 128 (GPR128) a pu être identifié comme un candidat potentiel. Une précédente étude a déjà démontré le potentiel d'activation de cet allopeptide GPR128(531-545) sur le TCR 2.102. Toutefois, sa nature d'allopeptide naturel reste à démontrer. L'objectif de ces travaux vise donc à déterminer si GPR128 se retrouve naturellement apprêté et présenté dans un contexte l-EP. Nous avons donc tenté de transfecter une lignée de fibroblastes (CHO-EP) ainsi qu'un lymphome B (CH27-EP), tout deux exprimant le CMH II l-EP, à l'aide d'un vecteur permettant l'expression de GPR128. Toutefois, des problèmes techniques ont retardé le clonage de GPR128 et l'élaboration du vecteur d'expression. Nous avons donc procédé à l'évaluation de la capacité d'apprêtement et de chargement de l'épitope putatifGPR128(531-545) à l'aide de l'utilisation d'un vecteur d'expression en fusion avec la chaîne invariante permettant le ciblage des compartiments endosomaux et dont le fonctionnement fut déjà validé de façon antérieure à ces travaux. Ainsi, nous avons pu démontrer que l'épitope putatif GPR128(531-545) ne comportait pas de site de clivages spécifiques aux différentes cathepsines et peptidases retrouvées dans la voie d'apprêtement endosomale des fibroblastes (CHO-EP) et des lymphomes B (CH27-EP) et permet donc un apprêtement cons ctif. Nous avons aussi pu démontrer que la voie endosomale de ces deux lignées étaient apte à apprêter un segment plus important de GPR128 (GPR128(526-559)) de façon à générer une réponse alloréactive du clone T 2.102. endosomale de ces deux lignées étaient apte à apprêter un segment plus important de GPR128 (GPR128(526-559)) de façon à générer une réponse alloréactive du clone T 2.102. Durant ces travaux, nous avons dû élaborer un protocole de transfection transitoire du lymphome B, à l'aide de la microporation et permettant un important taux de transfection combiné à une faible mortalité. Le protocole mis en place nous a permis d'atteindre une efficacité de transfection pariculièrement élevée pour un lymphome B. De plus, lors de ces travaux, nous avons documenté l'expression de GPR128 dans les CPA. Ainsi nous avons pu démontrer la faible expression de GPR128 dans des CPA retrouvées dans la rate, suggérant alors que l'allopeptide GPR128(531-545) n'est apprêté et présenté que suite à la phagocytose de corps apoptotiques de cellules non immunitaires retrouvées dans la rate et exprimant un fort taux d'expression de GPR128. Afin de confirmer le rôle de GPR128(531-545) dans l'alloréactivité du TCR 2.102, des travaux restent encore à réaliser. En premier lieu, nous devons encore valider que l'expression de GPR128 sous sa forme intégrale dans des fibroblastes (CHO-EP) et des lymphomes B (CH27-EP) est apte à induire une réaction alloréactive face au TCR 2.102. En second lieu, l'utilisation d'ARNi in vitro et in vivo pourrait confirmer l'implication de GPR128(531-545) dans le processus alloréactif du TCR 2.102.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Daniel, Claude
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: complexe ; majeur ; histocompatibilite ; cellule ; t ; lymphocyte
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 26 sept. 2013 14:08
Dernière modification: 30 nov. 2015 20:02
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/234

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice