Dépôt numérique
RECHERCHER

Anergie, via le TCR, des CTL CD4+ lors de l’infection au VIH-1 : caractérisation des mécanismes moléculaires associés à l’anergie.

Bouhdoud, Latifa (2002). Anergie, via le TCR, des CTL CD4+ lors de l’infection au VIH-1 : caractérisation des mécanismes moléculaires associés à l’anergie. Thèse. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Doctorat en virologie et immunologie, 304 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

L'infection au VIH-1 déclenche une forte réponse CTL spécifique. Cette réponse CTL, efficace durant le stade précoce de l'infection, diminue avec la progression de celle-ci et est incapable d'éliminer les virus, en particulier ceux (variants viraux) qui émergent durant les stades avancés de 1'infection. L'extrême diversité génétique du VIH-1 est le facteur majeur qui contribue à l'échappement du virus à la pression exercée par la réponse CTL, et ce par différentes stratégies. En effet, la variabilité des épitopes CTL immunodominants peut entraîner la perte et/ou l'altération de leur reconnaissance par les CTL spécifiques et par conséquent, 1'antagonisme de 1'activation des CTL par 1'épitope original. Cet antagonisme pourrait être à 1 'origine de la persistance d'un large spectre de variants de VIH-1 chez les individus infectés. La variabilité génétique du VIH-1 et le fait que certains APL agonistes partiels (ligands peptidiques altérés) sont capables d'induire l'anergie des lymphocytes T CD4+ via le TCR, étaient à l'origine de notre projet de recherche qui consistait en la caractérisation des mécanismes moléculaires responsables de l'anergie des cellules T CD4+ dans le cas de 1'infection au VIH-1. Plus précisément, nous nous sommes intéressés, dans un premier temps, à déterminer l'effet des peptides dérivés de différentes souches de VIH-1 sur la capacité de prolifération et sur 1 'activité cytotoxique des CTL CD4+ (clone Een217) spécifiques à un épitope de la glycoprotéine de l'enveloppe, la gp120 de la souche sauvage PV22. Ainsi, nous avons montré que le peptide variant dérivé de la souche virale HXB2 est capable d'induire l'anergie des CTL Een217 en inhibant 95 % de leur capacité de prolifération en réponse à leur peptide agoniste PV22. Le peptide variant anergique HXB2 inhibe également l'activité cytotoxique des CTL Een217 dirigée normalement contre le peptide agoniste PV22. Ces inhibitions sont dûes à la capacité du peptide variant anergique HXB2 à induire des événements précoces modifiés de transduction du signal du TCR, soit la phosphorylation partielle des chaînes Ç du TCR et leur association avec la PTK Zap-70 non­ phosphorylée et inactive. Ces événements modifiés sont caractéristiques des APL inducteurs d'anergie. Ces résultats révèlent, pour la première fois, l'existence d'un peptide dérivé d'un variant naturel du VIH-1 capable d'induire l'anergie clonale des CTL CD4+ spécifiques au VIH-1. Cette démonstration suggère l'induction de l'anergie des CTL via le TCR, par les variants du VIH-1, comme un des mécanismes utilisés par le virus pour échapper à la réponse CTL in vivo. L'état d'anergie des CTL Een217 induite par 1'APL dérivé de la souche virale HXB2 est réversible par l'IL-2 humaine recombinante exogène, supportant ainsi 1'hypothèse selon laquelle 1'inhibition de la sécrétion de 1'IL-2 est à la base de 1'état d'anergie des CTL CD4+. Dans un deuxième temps, nous nous sommes intéressés à la caractérisation des mécanismes moléculaires responsables de l'anergie des cellules T en comparant deux modèles d'anergie induits dans les CTL Een217 anti-VIH-1. Ainsi, nous avons montré que les CTL Een217 rendues anergiques, soit par 1'APL dérivé de la souche virale HXB2 via le TCR, soit par l'absence de co-stimulation à l'aide de l'AcM anti-CD3, sont phénotypiquement identiques sur le plan fonctionnel. En effet dans les deux modèles, les cellules anergiques ne secrètent pas l'IL-2, et ne présentent aucune activité cytotoxique dirigée contre le peptide agoniste PV22. L'examen des événements précoces et tardifs de transduction du signal nous a permis de montrer l'existence de différents mécanismes moléculaires responsables du maintien de l'anergie des cellules T. En effet, la stimulation avec le peptide agoniste PV22 des CTL Een217 rendues anergiques par absence de co­ stimulation, permet la restauration de certains événements de signalisation tels que la phosphorylation normale des chaînes Ç du TCR et ê du CD3, la phosphorylation de la PTK Zap-70 ainsi que l'activation des MAP kinases Erk 1/2. Par contre, l'activité kinase de la MAP kinase JNK demeure réprimée. Cette répression explique l'incapacité de ces cellules anergiques à secréter l'IL-2 et à proliférer suite à la stimulation productive. La stimulation avec le peptide agoniste PV22 des CTL Een217 rendues anergiques par l'APL dérivé de la souche virale HXB2 ne permet ni 1'activation de la PTK Zap-70 qui reste associée aux chaînes Ç du TCR partiellement phosphorylées, ni l'activation des MAP kinases Erk 1/2 et JNK. Ceci prouve que l'APL dérivé de la souche virale HXB2 induit l'anergie des CTL Een217 via le TCR, en inhibant l'activation de la PTK Zap-70 entraînant ainsi l'inhibition des cascades de signalisations tardives essentielles pour 1'activation des facteurs de transcription du gène de 1'IL-2. La PTK Zap-70 serait maintenue sous forme inactive par une phosphatase telle que CD45 ou SHP-1 . En conclusion, l'ensemble de nos résultats en plus d'apporter les réponses ci-dessus, soulève ainsi de nouvelles questions, mais en particulier celles qui visent à caractériser les facteurs responsables de l'inhibition de la transcription du gène de l'IL-2 dans les cellules anergiques, et c'est dans la perspective d'en tenir compte dans le développement d'un éventuel traitement de l'infection au VIH-1.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Arella, Maximilien
Co-directeurs de mémoire/thèse: Couture, Clément (Institut Lady Davis)
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 sept. 2015 14:13
Dernière modification: 18 déc. 2015 16:22
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2308

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice