Dépôt numérique
RECHERCHER

Effets cellulaires du B-hexachlorocyclohexane chez les cellules épithéliales mammaires humaines

Binet, Myriam (2002). Effets cellulaires du B-hexachlorocyclohexane chez les cellules épithéliales mammaires humaines Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 86 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Le taux d'incidence du cancer du sein est en augmentation d'environ 1,5 % par année depuis 1981 chez les Canadiennes de 30 ans et plus. Nonobstant les facteurs génétiques, nutritionnels et hormonaux, de récentes études épidémiologiques ont démontré que les xénobiotiques environnementaux, notamment les organochlorés, contribuent au développement de la cancérogénèse mammaire. Néanmoins, les résultats de ces études sont contradictoires sur la relation entre la dose interne de ces polluants et le risque de cancer du sein. Ainsi, des données scientifiques sur l'action biologique de ces contaminants au niveau des cellules mammaires devront être recueillies afin de préciser leur rôle potentiel. La présente étude s'inscrit dans une démarche de détermination de ces mécanismes cellulaires dans le but de mieux évaluer les conséquences de ces toxiques sur la santé humaine. L'objectif principal des présents travaux est de déterminer l'effet de concentrations non cytotoxiques de P-hexachlorocyclohexane (B-HCH) sur deux récepteurs membranaires (EGFR et ErbB-2) ainsi que leur voie de signalisation (MEK) dans un système cellulaire en culture, soit une lignée non tumorale de cellules épithéliales mammaires humaines (MCF-10A). Les résultats de la présente étude démontrent que le pesticide B-HCH (10 uM) augmente de façon significative (p <0,01) la prolifération des cellules mammaires MCF-10A, tel que mesuré par quantification de l'incorporation de la 5'bromodéoxyuridine (BrdU). L'effet mitogène du P-HCH est d'intensité comparable à celui induit par E2 (augmentation de 32% et 34% respectivement par rapport au véhicule). De plus, cet effet mitogène ne semble pas être médié par la modulation du niveau de récepteur à l'œstrogène. Le B-HCH, après 10 minutes de traitement, augmente la phosphorylation des tyrosines du récepteur EGFR (p < 0,02) et du récepteur ErbB-2 (p < 0,02) sans augmenter la quantité totale de ces protéines membranaires de façon significative (p=O,18 et p=0,08 respectivement). L'effet du P-HCH sur la phosphorylation du récepteur ErbB-2 est aboli en présence d'AG-825, un inhibiteur spécifique de cette protéine, nous suggérant que l'effet du P-HCH serait médié par l'activation des récepteurs ErbB-2 à la surface des cellules mammaires, élément important de signalisation intracellulaire et se poursuivant par l'activation de facteurs de transcription nucléaires. Le présent travail constitue la première étude démontrant que le récepteur ErbB-2 serait potentiellement activé par le B-HCH chez les MCF-1OA et cette observation est compatible avec un effet pro-cancérogène de cet organochloré environnemental. Ces travaux donnent une indication quant à la plausibilité biologique du P-HCH dans l'étiologie du cancer du sein.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Charbonneau, Michel
Co-directeurs de mémoire/thèse: Desaulniers, Daniel (Santé Canada: div. toxic. env. et occup.)
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: b-hexachlorocyclohexane ; cellule
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 sept. 2015 14:03
Dernière modification: 16 sept. 2015 14:03
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2301

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice