Dépôt numérique
RECHERCHER

Purification et caractérisation de complexes I-Ep/peptides stables.

Gignac, Marie-Pascale (2003). Purification et caractérisation de complexes I-Ep/peptides stables. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maître en virologie et immunologie, 112 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Notre laboratoire s'intéresse principalement à l'étude des mécanismes de rejet de greffe dépendant des voies d'alloréactivité directe et indirecte aux antigènes d'histocompatibilité de classe II. Le modèle murin que nous utilisons pour ces études est basé sur un clone de cellules T CD4+ (2.102), spécifiques pour le peptide Hb(64-76) lorsqu'il est présenté par la molécule du CMH de classe II 1-Ek. Ce clone de cellule Test de plus alloréactif contre la molécule du CMH de classe II l-EP. Une première tentative d'identifier l'allopeptide naturel présenté par la molécule du CMH de classe II l-EP et reconnu par le récepteur de la cellule T 2.102 avait été effectuée à l'aide d'une approche biochimique qui permet la purification de l'allopeptide recherché. Les molécules l-EP provenant de la lignée cellulaire CH27-EP avaient été purifiées par chromatographie d'affinité et leurs peptides associés libérés et séparés par des traitements acides et par HPLC. Aucune fraction permettant de stimuler de la cellule T 2.102 n'avait été identifiée. Pourtant, cette même méthode avait permis d'identifier et de caractériser la forme naturelle du peptide Hb(64-76) présenté par la molécule du CMH de classe II 1-Ek. Le but de la présente étude était donc de purifier et de caractériser la molécule du CMH de classe II l-EP stable par l'optimisation des protocoles de purification des molécules du CMH de classe Il. Afin d'optimiser ces protocoles, une lignée cellulaire témoin a été utilisée puisqu'elle exprime constitutivement l'allomimotope EPM et qu'elle génère une forte activation de l'alloréativité. De plus, la mise au point d'une immunoprécipitation suivie d'une immunoempreinte de type «Western» a permis de détecter des hétérodimères a stables à l'aide d'un anticorps anti-chaîne a. Nos résultats démontrent que les complexes l-EP/peptides ne sont pas stables dans les conditions standard d'élution de complexes du CMH de classe Il. Néanmoins, nous avons identifié différents tampons d'élution permettant de détecter des complexes l-EP et 1-Ek/peptides stables. De plus, nous avons démontré que les complexes 1-EP!EPM purifiés stimulaient fortement l'hybridome T 2.102. La différence de stabilité entre les molécules du CMH de classe II l-EP et 1-Ek pourrait être expliquée par le fait que ces deux molécules ont une chaîne a identique alors que leur chaîne diffère à 20 positions, toutes localisées sur le domaine B1 . L'obtention de conditions de purification dans lesquelles l-EP est stable, permettra éventuellement l'identification de l'allopeptide naturel présenté par la molécule du CMH de classe ll l-EP en utilisant une approche biochimique.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Daniel, Claude
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: cmh ; antigene ; allopeptide ; allomimotope ; peptide
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 13 mai 2014 18:35
Dernière modification: 18 déc. 2015 19:44
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2124

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice