Dépôt numérique
RECHERCHER

Évaluation de l’immunisation d’un plasmide codant pour les protéines de la matrice du virus de l’influenza comme élément protecteur chez les souris.

Bellessort, Fabienne (2003). Évaluation de l’immunisation d’un plasmide codant pour les protéines de la matrice du virus de l’influenza comme élément protecteur chez les souris. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 150 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

L'industrie porcine du Québec est régulièrement aux prises avec des épidémies d'influenza qui entraînent d'importantes pertes économiques. Le porc constitue aussi un hôte intermédiaire produisant des réassortants qui peuvent mener à de graves épidémies chez l'humain. Ainsi, le pouvoir protecteur de l'immunisation génétique d'un plasmide codant pour les protéines de la matrice (M1 et M2) a fait l'objet d'une évaluation. Nous avons ciblé le gène M, le plus conservé du virion. Cette caractéristique représente un avantage par rapport aux antigènes de surface très variables utilisés habituellement en vaccinologie anti-influenza. On a donc cloné le gène M du virus de l'influenza de type A (H1N1), A/Sw/Québec/53/91 (SwQc91) dans le vecteur pRc/CMV2 grâce aux sites de restrictions Apa 1 et Hind Ill. Par la suite, on a immunisé les souris Balb/C par voie intramusculaire (i.m.) avec 200 ug d'ADN plasmidique (pRc/CMV2/M) 3 fois à 3 semaines d'intervalles. On a mesuré le titre des anticorps (Ac) anti-M par ELISA en récoltant les sérums des semaines 0, 2, 5, 8 et 11. C'est à partir de la semaine 8 qu'on a observé un titre Ac anti-M de 640. Enfin, 2 semaines après la dernière injection, on a évalué la protection engendrée par l'immunisation, au moyen d'un défi létal par voie d'injection de SLDSO de la souche adaptée chez les souris. On a observé un taux de survie de 50 % par suite de cette immunisation. D'autre part, la co-administration d'un plasmide codant pour IL-2 (pcDNA3/IL-2) comme adjuvant n'augmente ni le titre Ac ni la protection. Ainsi, l'administration de pRc/CMV2/M induit une réponse immunitaire menant à une protection potentielle chez les souris infectées par un virus fatal de l'influenza.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Arora, D Jit S
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 17 févr. 2014 14:33
Dernière modification: 12 oct. 2016 18:48
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2055

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice