Dépôt numérique
RECHERCHER

Rôle des protéines nucléolaires dans l’infection par le virus de l’herpès simplex 1.

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Ouellet Lavallée, Gabriel (2013). Rôle des protéines nucléolaires dans l’infection par le virus de l’herpès simplex 1. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 78 p.

[img] PDF
Document sous embargo jusqu'à 7 Août 2020.

Télécharger (37MB)

Résumé

Le virus de l'herpès simplex 1 (VHS-1) est un agent pathogène très répandu dans la population humaine. Il infecte les cellules épithéliales des muqueuses et est connu pour causer les feux sauvages. La réplication du virus dans le noyau de la cellule hôte y cause plusieurs changements, notamment la formation des compartiments de réplication virale et la relocalisation de certaines protéines du nucléole. Une protéine nucléolaire impliquée dans la synthèse des ribosomes, U8F pour « Upstream Binding Factor », fait partie des protéines relocalisées lors de l'infection. Ses fonctions sont d'initier la production des transcrits ribosomaux et de faciliter leur élongation. 823 est également une protéine nucléolaire relocalisée lors de l'infection et est impliquée principalement dans la maturation des sous-unités ribosomales et la régulation du cycle cellulaire. La localisation d'U8F est normalement dans le centre fibrillaire, au centre du nucléole. Cependant, l'infection par le VHS-1 entraîne le recrutement d'U8F aux compartiments de réplication virale. La localisation de 823 passe de nucléolaire à dispersée au noyau lors de l'infection. Notre hypothèse était que les protéines nucléolaires relocalisées lors de l'infection par le VHS-1 servent à la réplication virale. Afin de vérifier cette hypothèse, la stratégie principale mise au point a été de diminuer l'expression de ces protéines par une technique d'interférence à ARN. Nous avons transfecté les cellules humaines d'origine épithéliale Hela avec des ARN interférents (ARNi) ciblant les ARNm des gènes d'intérêt. Les cellules transfectées ont ensuite été infectées par le virus de type sauvage KOS. Après avoir infecté les cellules dont l'expression de 823 était réduite, aucun changement significatif sur la production de particules virales infectieuses n'a été observé. Contrairement à l'hypothèse de départ, la réplication virale était plus importante dans les cellules où l'expression d'U8F était diminuée. Chez les cellules déplétées en U8F, un titre viral plus élevé de dix fois par rapport au témoin transfecté avec des ARNi ne ciblant aucun gène a été observé. Une quantification relative par qPCR a permis de déterminer que la réplication du génome viral était plus importante dans les cellules transfectées avec des ARNi contre UBF que dans les cellules témoins. Une analyse par immunobuvardage de type western a aussi montré que la synthèse de protéines virales était augmentée dans ces cellules. De plus, la synthèse de protéines immédiates-précoces et précoces est demeurée plus élevée dans les cellules déplétées en UBF malgré l'ajout d'une drogue qui inhibe la réplication de l'ADN. Ces résultats suggèrent qu'UBF fait partie d'un mécanisme antiviral qui interfère avec la réplication virale tôt dans Je cycle de réplication. Ce mécanisme n'est pas restreint au VHS-1, puisqu'une augmentation du nombre de particules virales infectieuses a aussi été observée avec Je VHS-2. Nous suggérons qu'UBF agit au niveau de la transcription des gènes à partir du génome entrant.

Type de document: Thèse Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Pearson, Angela
Mots-clés libres: vhs-1
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 07 août 2018 13:54
Dernière modification: 07 août 2018 13:54
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2028

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice