Dépôt numérique
RECHERCHER

Comparaison des déterminants génétiques de l'allotropisme in vitro des souches prototypes du Parvovirus Porcin

Fernandes, Sandra (2011). Comparaison des déterminants génétiques de l'allotropisme in vitro des souches prototypes du Parvovirus Porcin Thèse. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Doctorat en virologie et immunologie, 238 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

Le parvovirus porcin (PPV) est un virus ubiquitaire responsable de diverses pathologies de reproduction porcine regroupées sous l'acronyme SMEDI (mortinatalité, momification foetale, mort embryonnaire, et infertilité). Ce syndrome est une source importante de pertes économiques dans les élevages de porcs domestiques et peut faire des ravages dans les populations sauvages de sangliers. Malgré les nombreuses années écoulées depuis son identification, les mécanismes qui régissent l'allotropisme in vivo et in vitro de ce virus demeurent obscurs. Le cycle infectieux du PPV n'a été que très peu étudié au niveau cellulaire, la plupart des informations concernant sa réplication étant dérivées des travaux sur des virus qui lui sont apparentés. Afin de mieux définir les mécanismes impliqués dans le contrôle de l'allotropisme du PPV in vitro, nous avons établi et caractérisé un système modèle basé sur la comparaison des deux souches prototypes de ce virus; soit l'une des souches vaccinales, NADL-2, et l'une des souches hautement virulentes chez l'animal, Kresse. Ces souches diffèrent au niveau de leur séquence par 13 nucléotides répartis sur l'ensemble du génome et par la présence d'une répétition de 127 nucléotides en aval des régions codantes. Le système modèle est composé d'une lignée de cellules porcines hautement susceptibles à l'infection par le PPV et de trois lignées de cellules bovines, établies à partir d'une culture primaire. Ces lignées démontrent divers phénotypes (permissif, semi­ permissif ou restrictif) suite à l'infection par l'une ou l'autre des souches virales. Dans la lignée permissive porcine, l'efficacité de la réplication du génome diffère entre la souche vaccinale et la souche pathogène du PPV. Dans un premier temps, nous avons comparé diverses étapes du cycle de réplication afin d'identifier celles qui étaient déterminantes pour l'allotropisme du PPV. Nous avons observé que la réplication virale était bloquée au niveau des étapes précoces lors des infections restrictives et que l'efficacité des étapes intermédiaires et tardives du cycle infectieux influençait le degré de permissivité et donc la productivité finale de l'infection. Dans un deuxième temps, nous avons développé un système de clonage permettant la manipulation du génome du PPV afin de générer une banque de souches chimériques. La comparaison de l'infection par ces chimères a ensuite permis de cibler les différences génétiques qui modulent l'efficacité de la réplication virale et qui sont impliquées dans le contrôle l'allotropisme in vitro. Ainsi, une interaction entre la séquence répétée et un fragment du gène des protéines structurales altère l'efficacité de la production virale. Enfin, un essai de compétition entre les différentes chimères a permis de cibler des éléments génétiques agissant à titre de déterminants ultimes de l'efficacité de la réplication du PPV. Somme toute, cette caractérisation de divers déterminants de l'allotropisme et de l'efficacité de la réplication virale constitue une étude de base qui permettra ensuite l'étude plus détaillée des interactions du PPV avec la cellule hôte.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Tijssen, Peter
Mots-clés libres: ppv
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 10 nov. 2015 14:36
Dernière modification: 10 nov. 2015 14:36
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/202

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice