Dépôt numérique
RECHERCHER

Caractérisation des réponses lymphocytaires dans un modèle murin de rejet de greffe de peau.

Leduc, Caroline (2013). Caractérisation des réponses lymphocytaires dans un modèle murin de rejet de greffe de peau. Thèse. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Doctorat en virologie et immunologie, 203 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (80MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Bien qu'il soit établi jusqu'à ce jour que les lymphocytes T CD4+ aient un rôle important dans le rejet de greffe, plusieurs questions restent encore à éclaircir. Entre autres, la contribution des organes lymphoïdes secondaires (OLS) dans l'activation des lymphocytes Tet la contribution des lymphocytes différenciés en Thl vs Th2 pour le rejet de greffe sont toujours controversées. Le but de notre étude est premièrement de déterminer in vivo (dans un modèle murin de greffe de peau) le site d'activation des lymphocytes T CD4+ dans les voies d'alloréactivité directe ou indirecte et deuxièmement de déterminer si les cellules T CD4+ Th1 ou 1b2 induisent le rejet. Nous avons démontré que les souris sans OLS peuvent rejeter leur greffe de peau, mais avec une cinétique de rejet retardée par rapport aux souris avec OLS. Les cellules T CD4+ sont détectées et prolifèrent dans le greffon dès les jours 5 et 7 dans la voie directe et cette infiltration est associée avec une régulation à la hausse de l'ARNm de l'IFN-y. La présence de l'ARNm d'une enzyme impliquée dans la synthèse des PNAd exprimées exclusivement sur les endothéliums des OLS ainsi que la présence de CCL19 suggèrent que des structures lymphoïdes tertiaires peuvent être présentes dans le greffon et pourraient servir de site d'activation. La présence de PNAd a été confirmée par immunohistochimie dès le jour 7 dans la voie directe et cette expression est encore plus importante au jour 11. Étonnamment, le rejet dans la voie indirecte survient aussi en absence d'OLS. Bien qu'un peu de prolifération soit observée dans les greffons dans la voie indirecte, il n'est pas exclu qu'une partie de l'activation se produise au niveau de la moelle osseuse où beaucoup de cellules en prolifération sont observées dès le jour 7 alors que nous détectons beaucoup de cellules T CD4+ qu'à partir du jour 11 dans le greffon. De plus, des expériences ont été effectuées afin d'évaluer le rôle des cellules T CD4+ différenciées en Thl ou Th2. Nous avons confirmé que les profils de sécrétion de cytokines des cellules étaient maintenus in vivo jusqu'à 21 jours post-transplantation. Contrairement à certaines études, nous avons observé que les deux types de cellules induisent un rejet du greffon. Par contre, le rejet des greffons dans la voie indirecte avec des cellules Th2 est significativement retardé. Finalement, le rejet par les cellules Thl est accompagné d'une production d'anticorps IgG2a tel qu'attendu tandis que le rejet induit par les Th2 s'accompagne plutôt d'une réponse mixte en anticorps.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Daniel, Claude
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: cd4+ ; lymphocyte ; cd8+ ; tr1 ; tr2
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 05 févr. 2014 21:38
Dernière modification: 06 nov. 2015 16:52
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2006

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice