Dépôt numérique
RECHERCHER

Impact de la proteine V des morbillivirus sur les voies de signalisation de l’immunité.

Goncalves, Christophe (2012). Impact de la proteine V des morbillivirus sur les voies de signalisation de l’immunité. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 92 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Le genre Morbillivirus comprend entre autre le virus de rougeole (MeV) et le virus de la maladie de Carré (CDV), des agents pathogènes majeurs chez leurs hôtes respectifs. L'un des signes caractéristiques de cette infection est l'apparition d'une immunosuppression chez l'hôte empêchant l'établissement d'une réponse immunitaire nécessaire pour neutraliser l'infection. Cette immunosuppression est principalement induite par la synthèse de la protéine V, responsable de la virulence. En effet, elle est capable de bloquer les voies de signalisation des interférons de type 1 en interagissant avec I'ARN hélicase MDA5 ou bien les facteurs de transcription STAT1 et STAT2. Au cours de précédant travaux, nous avons observé une induction différentielle des gènes stimulés par les interférons (ISG) en présence de protéines V mutées sur le résidu Y110 incapable d'interagir avec STAT1 ou sur la cystéine C255 empêchant l'interaction avec STAT2 et MDA5. Afin d'identifier des ISG et des voies de signalisations responsables d'une réponse antivirale contre le CDV, nous avons effectué une étude transcriptomique avec les différentes protéines V. Nous observons la présence de deux profils transcriptionnels distincts. Le premier correspond à une forte induction des ISG en absence ou en présence de la protéine V mutée sur le résidu C255 (VC255S) tandis qu'un second profil montre une réduction importante de l'induction des ISGs en présence de la protéine VWT et de la protéine V mutée sur le résidu Y110 (VY110H). Parmi cette diminution, on observe l'absence de protéines majeures de l'immunité innée comme la voie d'induction des IFN ou de la voie des complexes majeurs d'histocompatibilité (CMH). Pour mieux caractériser le rôle de la protéine V sur le CMH, nous avons confirmé par PCR en temps réel l'expression des gènes de la voie du CMH et nous observons une diminution en présence de la protéine V des gènes de la voie classique tels que HLA et TAP. Nous avons de plus montré par cytométrie en flux que l'induction de l'expression à la surface de CMH de classe 1 était diminuée en présence de V. En conclusion, cette étude a contribué à la caractérisation du rôle de la protéine V sur l'immunosuppression. En bloquant les voies des interférons, elle inhibe la synthèse de gènes de la réponse antivirale et de l'immunité innée et en interférant avec la voie de CMH, elle empêcherait la présentation à la surface de la cellule d'antigènes viraux diminuant l'établissement et l'efficacité d'une réponse immunitaire adaptative.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: von Messling, Veronika
Co-directeurs de mémoire/thèse: Duplay, Pascale
Mots-clés libres: immunosuppression ; interferon ; complexe ; majeur ; histocompatibilite
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 janv. 2014 20:57
Dernière modification: 18 déc. 2015 16:35
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1993

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice